Le vaccin contre la grippe, une protection pour les travailleurs de la santé comme pour les patients

WHO

Cette année, la campagne annuelle de sensibilisation à la grippe vise à encourager davantage de travailleurs de la santé à se faire vacciner contre la grippe saisonnière. Cette campagne souligne également le risque que la grippe fait encourir à certains groupes vulnérables (femmes enceintes, personnes âgées, malades chroniques, etc.).

De par la nature de leur métier, les travailleurs de la santé courent plus de risques de contracter la grippe que le reste de la population adulte. Certaines études ont montré que lorsqu’une épidémie de grippe se déclare dans des établissements de santé, plus de la moitié des membres du personnel qui soignent des patients grippés peuvent être infectés par le virus. D’autres études montrent que les travailleurs de la santé peuvent transmettre la grippe à des patients très susceptibles de développer des complications (nourrissons, personnes âgées, immunodéprimées ou souffrant d’autres maladies chroniques, etc.). Ces patients vulnérables peuvent souffrir de complications qui mettent leur vie en danger, voire entraînent leur décès. Enfin, les bases factuelles indiquent que les travailleurs de la santé vaccinés contre la grippe sont plus enclins à recommander une vaccination antigrippale aux personnes qui courent un risque de complications.

La meilleure manière d’éviter la grippe – pour un travailleur de la santé, une personne faisant partie d’un groupe à risque, ou toute autre personne – est de se faire vacciner. Les vaccins antigrippaux sont sûrs et représentent la principale mesure préventive contre la grippe.

Le vaccin contre la grippe est recommandé aux travailleurs de la santé

L’OMS recommande que les travailleurs de la santé se fassent vacciner contre la grippe chaque automne, et la plupart des pays émettent des recommandations officielles. Pourtant, d’un point à l’autre de la Région, la popularité du vaccin antigrippal est très variable chez les travailleurs de la santé. Les statistiques de la saison 2014/2015 indiquent que les pays qui remettent des chiffres sur la prise d’un vaccin antigrippal enregistrent entre 2,5 % et 99 % de personnes vaccinées. Plus de la moitié des pays signalent que moins de 1 travailleur de la santé sur 3 se fait injecter le vaccin annuel. L’absence de statistiques complètes sur la prise de vaccins antigrippaux chez les travailleurs de la santé – seule la moitié des États membres de la Région assurent un suivi concernant l’administration de ce type de vaccin chez ce groupe – empêche de bien comprendre les raisons expliquant les lacunes dans la couverture et d’observer les tendances nationales en la matière.