Saison grippale 2016-2017 : à quoi les pays doivent-ils s’attendre ?

Activité grippale précoce dans la Région européenne affectant particulièrement les personnes âgées

Cet hiver, l’activité grippale s’est intensifiée plus tôt dans la Région que lors des années précédentes. Le virus de la grippe A(H3N2) représente environ 98 % des virus de la grippe A détectés et typés. Les prestataires de santé doivent donc suspecter et traiter de préférence les cas graves chez les personnes âgées, et envisager la prise de médicaments antiviraux destinés spécifiquement à la grippe, même chez les patients vaccinés. La répartition des virus peut évoluer au cours de l’hiver, et il est pour l’instant difficile de savoir si le virus qui est actuellement prédominant le sera encore à l’avenir.

La méta-analyse des données notifiées par 19 pays ou régions de l’Union européenne et de l’Espace économique européen au projet européen pour le suivi de la surmortalité en vue d’une action de la santé publique indique que la surmortalité, toutes causes confondues, semble avoir augmenté au cours de ces dernières semaines chez les personnes âgées, notamment en France et au Portugal. La grippe et, dans certains pays, le froid intense peuvent expliquer cette situation. Cependant, il reste une part d’incertitude en ce qui concerne l’augmentation de la surmortalité observée en raison du report de l’ajustement, et celle-ci doit par conséquent être interprétée avec prudence.

Jusqu’à présent, les virus A(H3N2) circulants sont similaires sur le plan antigénique à la souche vaccinale. La surveillance précoce de l’efficacité des vaccins en Scandinavie laisse entendre que les niveaux d’efficacité correspondent aux estimations effectuées au cours de ces dernières années dans le cadre d’études multipays.

Le bulletin Flu News Europe

Les pays mènent une surveillance en vue de déterminer les caractéristiques des virus grippaux en circulation, d’établir le calendrier de la saison grippale et le degré de gravité potentiel de la maladie, et de fournir des statistiques à l’OMS pour les bulletins d’information régionaux et mondiaux. L’OMS/Europe et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies collaborent afin de collecter et d’analyser les données de surveillance de la grippe en provenance des États membres de la Région européenne de l’OMS, et de les présenter chaque semaine dans le bulletin « Flu News Europe ». Lorsque les pays savent comment la grippe se propage au sein de la Région (suivant un schéma ouest-est dans la plupart des cas) et quel est le virus prédominant, ils peuvent se préparer au pic saisonnier, époque à laquelle les services de santé peuvent être débordés par le nombre de patients.

Pendant les mois d’hiver, la grippe peut infecter jusqu’à 20 % de la population en fonction des types de virus qui circulent. Les personnes exposées à un risque de complications accru une fois infectées sont notamment les personnes âgées, les femmes enceintes, les jeunes enfants, et les sujets immunodéprimés ou déjà atteints d’une affection chronique. Ces groupes représentent une part importante de la population de la Région européenne de l’OMS.

Grippe saisonnière en Europe : les populations à risque

Pendant les mois d’hiver, la grippe peut infecter jusqu’à 20 % de la population en fonction des types de virus qui circulent. Les personnes exposées à un risque de complications accru une fois infectées sont notamment les personnes âgées, les femmes enceintes, les jeunes enfants, et les sujets immunodéprimés ou déjà atteints d’une affection chronique. Ces groupes représentent une part importante de la population de la Région européenne de l’OMS.

On sait que le virus de la grippe A(H3N2) entraîne des complications et des décès chez les personnes âgées, tandis que le virus de la grippe A(H1N1), qui est à l’origine de la pandémie de 2009 et circule désormais comme virus de la grippe humaine saisonnière, est plus susceptible de provoquer des complications dans les tranches d’âge plus jeunes.

L’OMS recommande à toute personne exposée à un risque de maladie grave à la suite d’une infection par la grippe, ainsi qu’aux agents de santé, de se faire vacciner contre la grippe saisonnière. Comme il n’est pas possible de prédire quel virus grippal sera prédominant au cours d’une saison donnée, les vaccins contre la grippe saisonnière doivent couvrir tous les virus censés circuler, notamment le virus de la grippe A(H3N2) et A(H1N1), ainsi que celui de la grippe B.