Journée mondiale contre la poliomyélite : les progrès accomplis vers l'éradication au niveau mondial

D'importants progrès ont été observés au niveau mondial dans les efforts visant à éradiquer la poliomyélite. La maladie est en effet à son niveau le plus bas depuis que l'on a commencé à consigner des données à ce sujet : jamais on n'a enregistré si peu de cas dans si peu de régions de si peu de pays.

Depuis la Journée mondiale contre la poliomyélite de 2011, on a assisté à un recul du nombre de nouveaux cas, qui est passé de 467 à 171. L'un des progrès marquants de l'année écoulée fut le retrait de l'Inde de la liste des pays caractérisés par une transmission active du poliovirus sauvage.

Néanmoins, les pays reconnaissent qu'il reste des défis à relever. En mai 2011, l'Assemblée mondiale de la santé a déclaré l’achèvement de l’éradication du poliovirus « urgence pour la santé publique mondiale ». Si l'on néglige de tirer parti de cette dynamique actuelle, il se produira des flambées épidémiques plus nombreuses et plus meurtrières dans les régions indemnes de poliomyélite, et d'ici dix ans, 200 000 cas de polio surviendront chaque année dans le monde entier.

Une Europe indemne de poliomyélite

La transmission du poliovirus sauvage a été interrompue dans la Région européenne de l'OMS en 1998. En 2002, celle-ci a célébré sa certification en tant que Région exempte de poliomyélite.

L'arrêt de la transmission autochtone du poliovirus sauvage dans les 53 pays de la Région a constitué un jalon important vers l'éradication de cette maladie au niveau mondial, tout en permettant d'accélérer l'élan international en vue d'atteindre cet objectif. Or, tant que le poliovirus ne sera pas éradiqué au niveau mondial, toutes les Régions exemptes de cette maladie, y compris l'Europe, restent exposées au risque d'importation.

La flambée épidémique de 2010

En 2010, 478 cas confirmés d'infection par le poliovirus ont été signalés dans la Région européenne de l'OMS : un dur rappel qu'il faut faire preuve de vigilance à cet égard. L'épidémie résulte de l'importation du poliovirus à partir de l'Inde qui a désormais interrompu elle-même la transmission autochtone. Des centaines d'enfants des républiques d'Asie centrale et de la Fédération de Russie ont été infectés et, malheureusement, 30 personnes ont perdu la vie à la suite d'une maladie qui aurait pu être évitée.

Le dernier cas a été signalé le 25 septembre 2010 par la Fédération de Russie. En août 2011, la Commission régionale européenne de certification de l’éradication de la poliomyélite a reconnu que la transmission avait été interrompue, et que la Région demeurait en fait exempte de poliomyélite.

Les efforts à déployer à l'avenir

Outre la nécessité d'atteindre les poches restantes de populations sensibles dans la Région européenne, et de maintenir et de renforcer la qualité et la sensibilité de la surveillance, les États membres doivent accroître leur engagement politique en faveur du maintien du financement et des ressources humaines. Ils doivent aussi redoubler d'efforts pour garantir l'approvisionnement suffisant et régulier en vaccins.

La Journée mondiale contre la poliomyélite, organisée le 24 octobre, doit nous rappeler que, si l'objectif d'un monde exempt de poliomyélite est en fait accessible, les pays doivent maintenir la dynamique actuelle pour éradiquer cette maladie mortelle.