La Commission polio exhorte l’Europe à améliorer la surveillance et le processus de notification

Sur la base des informations fournies par les États membres de la Région européenne, qui résument leurs efforts en matière de surveillance, de suivi et de vaccination contre la poliomyélite, la Commission régionale européenne de certification de l’éradication de la poliomyélite a réaffirmé le statut « indemne de poliomyélite » de cette Région lors de sa 27e réunion annuelle de Copenhague (Danemark), les 30 et 31 mai 2013.

Néanmoins, la Commission polio a insisté pour que la Région européenne fasse preuve de nettement plus de détermination à maintenir le statut « exempte de poliomyélite » jusqu’à ce que cette maladie soit éradiquée à l’échelle mondiale. Le professeur David Salisbury (Royaume-Uni), président de cette Commission, s’est montré préoccupé par le fait que les programmes nationaux « n’atteignent pas toujours le niveau de qualité nécessaire ».

Du progrès dans les États membres

Cette Commission, qui est un groupe indépendant de cinq experts de la santé publique, est chargée de contrôler l’absence de polio dans la Région européenne de l’OMS. Au cours de sa réunion de 2013, elle a examiné les rapports d’activité annuels soumis à l’OMS par les États membres, dont les travaux portaient sur :

  • le maintien d’une couverture vaccinale élevée ;
  • le maintien d’une surveillance rigoureuse de la paralysie flasque aiguë (PFA) et/ou des systèmes de veille supplémentaires ;
  • la planification de la riposte nationale en cas d’importation du poliovirus.

Les plans nationaux de préparation à une flambée épidémique potentielle causée par un poliovirus sauvage importé ont révélé des progrès majeurs enregistrés par de nombreux pays, mais aussi des problèmes nécessitant une plus grande attention. Il faut notamment déterminer quels types de vaccins doivent être employés en réaction immédiate (après détection d’un cas initial) et quels sont leur origine/leurs fournisseurs, et assurer le financement de leur achat.

La Commission polio a salué les pays ayant amélioré leur préparation en participant, l’année dernière, aux exercices de simulation d’une flambée épidémique de poliomyélite animés par l’OMS (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, la fédération de Russie, l’Ukraine et le Royaume-Uni). La Commission a exhorté les autres pays à saisir toutes les occasions de mieux se préparer.

L’OMS/Europe a décrit les informations transmises régulièrement par les services de veille des pays au cours de l’année écoulée. Les principaux défis répertoriés sont notamment certaines lacunes en matière de veille et des taux de couverture vaccinale insuffisants.

Résultats

Se fondant sur les rapports nationaux et les données disponibles en matière de surveillance et de vaccination, la Commission polio a conclu qu’aucun poliovirus sauvage ou dérivé d’une souche vaccinale n’a circulé dans la Région européenne en 2012, mais a exprimé son inquiétude grandissante face :

  • à la qualité moindre de la surveillance dans la Région ;
  • aux difficultés rencontrées dans le cadre de programmes de vaccination dans certains pays ;
  • au nombre croissant de pays n’ayant pas présenté un bilan annuel sur la polio ;
  • à l’absence d’une commission nationale de certification dans certains États membres ;
  • aux rapports présentant des informations incomplètes ou soumis en retard.

En conclusion, la Commission a réitéré la nécessité, pour les États membres, d’atteindre le plus haut niveau possible de couverture vaccinale et de veiller à ce que des systèmes de veille performants soient en place pour qu’ils puissent rapidement détecter tout cas de transmission de poliovirus et prendre des mesures d’endiguement.