Les pays derrière le succès de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 2017

Budapest Medical Students’ Association

“Wash your Hands” campaign with kindergarten children in Budapest

Les États membres de la Région européenne de l’OMS ont célébré la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques du 13 au 19 novembre 2017, parallèlement à la Journée européenne d’information sur les antibiotiques organisée le 18 novembre. En Europe, la semaine de 2017 était principalement consacrée au lien existant entre l’hygiène des mains appropriée (une mesure essentielle pour la prévention et le contrôle des infections) et la lutte contre la résistance aux antimicrobiens. En vue d’aider les 53 États membres de la Région, l’OMS/Europe et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) ont élaboré et distribué pour la première fois un matériel médiatique commun. Des dizaines de pays européens ont participé à cette importante initiative et ont été le moteur de son succès.

Les pays ont abordé la semaine de diverses manières, allant de la distribution de matériel de campagne comme des affiches et des dépliants jusqu’à la diffusion de messages clés via les médias sociaux, en passant par des interviews et des activités de sensibilisation médiatique ainsi que par l’organisation de flashmobs. De nombreux autres événements ont été programmés tout au long de la semaine, notamment des conférences et ateliers scientifiques, des activités de formation, des conférences de presse et des ateliers à l’intention des journalistes, des conférences pour les étudiants universitaires et des activités scolaires.

La majorité des États membres de la Région ont apporté leur soutien à la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, et 37 pays au total (70 %) ont participé à une évaluation formelle de ses activités en date de mi-janvier. Parmi les participants :

  • 31 pays ont utilisé le matériel de campagne élaboré par l’OMS (83 % des pays déclarants), principalement par la distribution d’affiches et de brochures et la diffusion de vidéos ;
  • 27 pays ont en outre élaboré leur propre matériel (72 %), et la plupart ont également traduit le matériel de l’OMS dans les langues locales ;
  • 30 pays ont mobilisé les médias (81 %), notamment dans le cadre de communiqués de presse, de bulletins télévisés et de conférences de presse ;
  • 27 pays ont utilisé les médias sociaux (72 %) pour diffuser les messages de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, principalement via Facebook et Twitter.
  • la majorité des pays ont organisé au moins un événement (mais souvent plusieurs) pendant la semaine.

De nombreux pays ont réalisé plusieurs des activités énumérées ci-dessus.

Moments forts de la semaine

  • Le Turkménistan a célébré la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques en signant la Stratégie nationale de lutte contre le développement de la résistance aux antimicrobiens 2017-2025. La stratégie et son plan d’action ont été présentés au cours de 2 réunions nationales essentielles.
  • En Hongrie, l’Association des étudiants en médecine de Budapest a mobilisé 40 bénévoles afin de sensibiliser et d’informer divers groupes cibles. Ces bénévoles se sont notamment rendus dans des écoles maternelles pour attirer l’attention des enfants sur la propagation des infections. À cette fin, les enfants ont peint leurs mains de diverses couleurs et se sont livrés à des jeux impliquant notamment des poignées de mains. Cette activité ludique a été suivie d’une leçon sur la technique du bon lavage des mains.
  • Le 17 novembre, l’Institut médical d’enseignement universitaire supérieur en médecine de Tachkent (Ouzbékistan) a organisé un concours amical entre 3 facultés de médecine. Des équipes d’étudiants de l’enseignement universitaire et postuniversitaire ont exposé leurs connaissances sur la résistance aux antimicrobiens, et expliqué l’importance d’un usage prudent des antibiotiques et d’une prévention efficace des infections. Chaque équipe a utilisé des approches différentes et motivantes pour transmettre les messages clés à l’auditoire.