Renforcement de l’action multisectorielle afin de promouvoir l’activité physique dans l’Union européenne

WHO/Tatiana Vorovchenko

Les conclusions de la dernière étude de l’OMS sur l’activité physique dans les États membres de l’Union européenne font état d’un renforcement des actions politiques nationales visant à promouvoir l’activité physique entre 2015 et 2018, notamment les programmes visant à accroître la promotion de l’activité physique par les professionnels de santé, ainsi que ceux visant à augmenter l’activité physique chez les jeunes avant, pendant et après la journée scolaire.

Les conclusions sont reprises dans une série d’aide-mémoire sur l’activité physique publiés par l’OMS/Europe en collaboration avec la Commission européenne. Ces derniers présentent une vue d’ensemble actualisée de l’épidémiologie de l’inactivité physique, des interventions politiques menées au niveau national et des systèmes actuels de suivi et de surveillance dans la Région européenne de l’OMS.

Outre les aide-mémoire par pays, des aide-mémoire ont été pour la première fois rédigés sur la promotion de l’activité physique dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Ces nouvelles publications rendent compte des interventions nationales et sous-nationales menées dans ces secteurs, et présentent plusieurs exemples de bonnes pratiques dans la Région. Elles peuvent inspirer les responsables politiques, les professionnels et les chercheurs de l’Union européenne, et intensifier l’action à cet égard.

Ces aide-mémoire contiennent des recommandations à l’adresse des États membres pour que ces derniers promeuvent davantage l’activité physique dans les secteurs mal desservis. Ils ont contribué à renforcer les réseaux tant nationaux qu’internationaux afin de faciliter l’échange des pratiques efficaces pour réduire l’inactivité physique et les comportements sédentaires. Les interventions politiques multisectorielles peuvent accroître l’activité physique, par exemple en augmentant la pratique de la marche et du vélo, les loisirs actifs, le sport et le jeu, et contribuer à la réalisation d’un grand nombre des objectifs de développement durable comme indiqué dans la Déclaration de Bangkok sur l’activité physique pour la santé mondiale et le développement durable en 2016.

M. Tibor Navracsics, Commissaire européen chargé de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport, a déclaré : « Il est essentiel de disposer de davantage d’informations et de meilleures données sur les niveaux d’activité physique et les stratégies de promotion afin d’étayer les politiques fondées sur des données probantes. Ces nouveaux aide-mémoire par pays sur l’activité physique, qui sont le fruit d’une excellente coopération entre l’OMS, la Commission européenne et les États membres de l’Union européenne, contribueront à garantir que les responsables politiques à tous les niveaux puissent s’appuyer sur les preuves solides nécessaires afin de développer le niveau d’activité des populations. »