Le Turkménistan va appliquer la législation de l’OMS sur le tabac

Le 27 mars 2011, le parlement du Turkménistan a approuvé et adopté à l’unanimité une résolution sur l’adhésion du pays à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac.

Une telle initiative témoigne de l’engagement politique du Turkménistan en vue de protéger les générations présentes et futures face aux effets sanitaires, sociaux, environnementaux et économiques dévastateurs du tabagisme et de l’exposition à la fumée du tabac. La Convention-cadre de l’OMS confère une nouvelle dimension juridique à la coopération internationale dans le domaine de la santé. C’est aussi un instrument puissant pour les gouvernements, les organisations non gouvernementales et le grand public dans la mesure où elle met en évidence le droit de tous les citoyens au plus haut niveau de santé, et apporte des réponses fondées sur des bases factuelles à l’épidémie de tabagisme.

En tant que Parties à la Convention-cadre de l’OMS, les pays sont tenus de mettre en œuvre une série de mesures dissuadant l’usage du tabac, en traduisant ses dispositions générales en législation et règlements nationaux. Il s’agit notamment d’appliquer la législation antitabac afin de réduire l’exposition au tabagisme passif, de sensibiliser les populations aux dangers du tabac, d’interdire la vente de cigarettes aux mineurs, de promouvoir le sevrage tabagique et/ou d’aider les populations à arrêter de fumer, et bien plus encore.

Le Président n’a pas encore donné son aval à l’approbation finale de la ratification du traité. Une fois le document approuvé, le Turkménistan a trois ans à compter du jour où il devient Partie à la Convention-cadre pour mettre en œuvre des mesures visant à assurer l’apposition de messages d’avertissement forts relatifs à la santé sur les paquets de cigarette, et cinq ans pour établir notamment une interdiction complète de la publicité en faveur du tabac, de la promotion et du parrainage.

Dans la Région européenne de l’OMS, 46 pays (sur 53) et l’Union européenne sont désormais Parties à la Convention-cadre. Andorre, Monaco, l’Ouzbékistan, la République tchèque, la Suisse et le Tadjikistan n’ont pas encore signé le traité, et le Turkménistan a désormais fait part de sa volonté politique de le ratifier.