Pour des générations futures libérées du tabac : halte au tabagisme passif et à l’initiation des enfants à la cigarette

Plusieurs États membres de la Région européenne de l’OMS sont en passe de se libérer du tabac, ce qui voudrait dire que la prévalence du tabagisme y serait tout au plus de 5 %. Pour atteindre cet objectif, les pays doivent s’attaquer à certains problèmes affectant spécifiquement les enfants, et œuvrer à la protection de ces derniers contre les effets nocifs du tabac.

Un nouveau rapport de l’OMS/Europe présente les outils et les stratégies innovatrices qui peuvent – et doivent – être employés pour pouvoir libérer la Région du tabac. Une série d’histoires postées sur le Web braque les projecteurs sur les principales conclusions et recommandations de ce rapport, et donne des exemples de mesures prises dans certains pays de la Région pour combattre les effets nocifs du tabac.

Sur près de 900 millions d’habitants, la Région européenne compte approximativement 252 millions (28 %) de fumeurs. La moitié d’entre eux mourront prématurément de causes liées au tabac. Les fumeurs perdent en moyenne 20 années de vie active, une conséquence directe du tabagisme. Le problème du tabagisme est donc une préoccupation majeure pour la santé publique dans la Région.

L’impact du tabac sur les enfants et les jeunes est particulièrement inquiétant. Chaque année, dans le monde, le tabagisme passif tue plus de 600 000 non-fumeurs, dont de nombreux enfants. La cause de ces décès peut être l’asthme, une infection respiratoire, un cancer... Par ailleurs, une exposition à la fumée in utero augmente le risque de complications telles qu’une fausse couche et de phénomènes comme une insuffisance pondérale à la naissance et une dépendance du bébé à la nicotine. En outre, les enfants exposés au tabagisme passif sont plus susceptibles de s’initier un jour à la cigarette. Malgré cela, la majorité des enfants de la Région âgés de moins de 15 ans sont exposés au tabagisme passif dans et/ou à l’extérieur de leur foyer.

L’initiation au tabac est un problème qui touche principalement les enfants et les adolescents, puisque la majorité des fumeurs allument leur première cigarette avant l’âge de 18 ans. Selon l’enquête sur le comportement de santé des enfants d’âge scolaire 2013-2014, 17 % des enfants de la Région s’essaient à fumer avant l’âge de 13 ans, et 12 % fument régulièrement à l’âge de 15 ans.

Les enfants peuvent commencer à présenter des symptômes d’assuétude à la nicotine dès les premiers jours ou semaines suivant leur première cigarette, bien avant qu’une habitude quotidienne ne s’installe. De surcroît, plus les enfants commencent jeunes, plus ils sont susceptibles de devenir dépendants. Selon les estimations, 3 enfants sur 4 fumant à l’adolescence deviennent des fumeurs quotidiens, dépendants à l’âge adulte, même si leur intention est de s’arrêter après quelques années.

Des mesures pour la protection des enfants au Royaume-Uni

En Écosse (Royaume-Uni), le projet REFRESH vise à limiter l’exposition des familles au tabagisme passif dans les foyers et à protéger les enfants sans stigmatiser les fumeurs. Il s’agit de se rendre au domicile de parents fumeurs ayant de jeunes enfants pour mesurer la qualité de l’air intérieur et fournir des informations et des conseils adaptés concernant les effets potentiels de leur consommation de tabac sur la santé de leurs enfants. Une telle démarche est respectueuse des conditions de vie des parents et, d’après les échos, aurait une influence positive sur leur comportement à la maison.

Pour lire le texte intégral du rapport, veuillez suivre le lien ci-dessous.