Poursuite de la propagation du virus de la rougeole dans la Région européenne : l’OMS prie instamment les pays d’intensifier les mesures de lutte

Les États membres de la Région européenne de l’OMS continuent de lutter contre la propagation de la rougeole, avec plus de 26 000 cas confirmés de janvier à juillet 2011. L’OMS/Europe reste particulièrement préoccupée par la situation, et continue sa collaboration avec les États membres en apportant des recommandations, une aide technique ainsi que des commentaires et des informations sur l’épidémie sévissant dans la Région. L’OMS/Europe prie instamment les pays d’intensifier leurs activités de lutte ; le Bureau régional fournira des données régulièrement mises à jour et restera systématiquement en contact avec eux durant toute la durée de l’épidémie.

De janvier à juillet 2011, 40 des 53 États de la Région ont signalé 26 025 cas de rougeole, les pays d’Europe occidentale étant d’ailleurs les plus touchés par cette épidémie. On estime que le nombre réel de cas est cependant supérieur en raison de la sous-déclaration et des retards de notification. La France a signalé le plus grand nombre de cas (14 025), et 11 décès ont été observés dans la Région, dont 80 % chez des sujets âgés de plus de dix ans. D4 est le génotype prédominant circulant dans la Région européenne, soit le même génotype endémique rencontré au Royaume-Uni en 2008. Ceci confirme en fait qu’une véritable épidémie sévit actuellement dans la Région.

La propagation du virus de la rougeole en Europe ne se limite pas à certains pays ou sous-régions. Tous les États membres courent en effet le risque de subir une importation. En raison de la mobilité rapide des populations au niveau mondial, le virus s’est également propagé en dehors de la Région pour provoquer des flambées au Canada et aux États-Unis.

Les États membres renforcent par conséquent leurs activités de surveillance selon les directives nationales et régionales. Certains d’entre eux ont modifié leurs programmes de vaccination, notamment en adaptant les calendriers de vaccination pour combler les lacunes à cet égard. Tous les pays ont également mis en œuvre des activités de mobilisation sociale et de sensibilisation à la vaccination dans la population générale et le secteur de la santé. Ces interventions doivent être accélérées et mises en œuvre de manière normalisée afin d’interrompre la propagation de la maladie et de vacciner les populations non protégées.

L’OMS/Europe rappelle à tous ses États membres les stratégies clés relatives à l’élimination de la rougeole et de la rubéole afin de prévenir les flambées épidémiques et de lutter contre celles existantes, à savoir :

  • réaliser une couverture vaccinale de l’ordre d’au moins 95 % à l’aide de deux doses de vaccin antirougeoleux dans le cadre d’une vaccination systématique (y compris aux niveaux sous-nationaux) ;
  • fournir une nouvelle occasion aux populations non vaccinées ou sous-vaccinées de se faire vacciner, dans le cadre de programmes systématiques ou d’activités de vaccination supplémentaires ;
  • renforcer la surveillance en vue de dépister et de confirmer chaque cas et de prendre les mesures qui s’imposent ;
  • sensibiliser davantage à la vaccination et développer les connaissances dans ce domaine chez les agents de soins de santé et le grand public et ce, afin d’accroître la demande de vaccination.