Vaccination contre la grippe : la Région européenne est loin d'atteindre l'objectif

La majorité (94 %) des pays de la Région européenne de l'OMS recommandent que les personnes âgées se fassent vacciner contre la grippe saisonnière. Selon des estimations, plus de 90 % des décès imputables à cette maladie concernent des personnes âgées de plus de 65 ans. En effet, la grippe est non seulement susceptible d'occasionner des cas plus graves dans ce groupe d'âge, mais les taux d'hospitalisation sont aussi plus élevés, les épidémies sont fréquentes dans les résidences pour personnes âgées, et la majorité d'entre elles mettent longtemps pour guérir de l'infection grippale.

Cependant, dans les pays disposant de données sur la prise du vaccin, un seul a réalisé l'objectif de l'OMS et de la Commission européenne, à savoir une couverture vaccinale supérieure à 75 % chez les personnes âgées d'ici 2010, et beaucoup d'États sont encore loin d'y parvenir. Plusieurs pays ne possèdent d'ailleurs aucune donnée sur le taux de vaccination.

Vaccination contre la grippe : les groupes cibles

Outre les personnes âgées et les résidents des maisons de retraite et de repos, l'OMS recommande que le vaccin contre la grippe saisonnière soit administré aux femmes enceintes, aux personnes atteintes d'affections chroniques, aux résidents d'établissements pour personnes atteintes d'invalidités, aux professionnels des soins de santé et aux jeunes enfants (âgés de 6 à 59 mois). L'Organisation se base à cet égard sur diverses considérations, dont la charge de morbidité, la rentabilité et la faisabilité.

Les recommandations nationales pour ces groupes varient considérablement d'un pays à l'autre, et les données sur la prise du vaccin sont généralement très limitées.

Comment résoudre le problème de la faible couverture vaccinale et du manque de données disponibles

Prenant la parole le 17 octobre à l'occasion du World Vaccine Congress, le docteur Caroline Brown, chef de programme pour la grippe à l'OMS/Europe, a mis en évidence plusieurs moyens de résoudre le problème de la faible couverture vaccinale et du manque de données disponibles. Elle propose que les autorités nationales de la santé prennent les mesures suivantes :

  • estimer la charge de la grippe et évaluer les coûts et les avantages des programmes de vaccination antigrippale ;
  • accorder la priorité aux groupes à risque ayant un accès limité aux vaccins ;
  • procéder à un suivi de la couverture vaccinale et des effets secondaires consécutivement à la vaccination.

En outre, l'OMS et les États membres doivent poursuivre leurs efforts afin que le public ait une meilleure perception des vaccins contre la grippe.