La poliomyélite et les vaccins permettant sa prévention – questions et réponses

Qu'est-ce que la poliomyélite ?
Le vaccin contre la poliomyélite est-il encore nécessaire ?
Quels sont les vaccins disponibles contre la poliomyélite ?
Qu'est-ce que le VPI ?
Qu'est-ce que le VPO ?
Pourquoi utilise-t-on le VPO ?
Pourquoi utilise-t-on le VPI ?
Pourquoi le retrait progressif du VPO ?
En quoi consiste le remplacement du VPO ?
Quels pays de la Région européenne de l'OMS cesseront d'utiliser le VPO trivalent en avril 2016 ? 
Que se passera-t-il une fois que la poliomyélite sera éradiquée ?
La poliomyélite peut-elle sévir à nouveau ?
Qu'entend-on par confinement de la poliomyélite ?

Qu'est-ce que la poliomyélite ?

La poliomyélite est une maladie virale extrêmement contagieuse. Elle s'attaque au système nerveux et peut provoquer une paralysie totale en quelques heures. Le virus fait l'objet d'une transmission interhumaine, principalement par voie fécale-orale. Les premiers symptômes de la maladie sont la fièvre, la fatigue, des céphalées, des vomissements, une raideur de la nuque et des douleurs dans les membres. Une infection sur 200 provoque une paralysie irréversible (des jambes, en général). Parmi les personnes ainsi paralysées, 5 à 10 % succombent à la maladie lorsque les muscles respiratoires cessent d'être fonctionnels. La poliomyélite touche généralement les enfants de moins de 5 ans. Il s'agit d'une maladie incurable qui peut cependant faire l'objet de mesures de prévention. Le vaccin antipoliomyélitique, administré à plusieurs reprises, peut protéger un enfant pendant toute son existence.

Le vaccin contre la poliomyélite est-il encore nécessaire ?

La Région européenne est exempte de poliomyélite depuis 2002. Or, aucun pays ne sera protégé contre cette maladie tant que le virus n'aura pas été éradiqué au niveau mondial. L'un des trois types connus de poliovirus sauvage (type 1) est encore endémique dans certaines régions du Pakistan et de l'Afghanistan, et des poliovirus circulants dérivés de souches vaccinales ont été détectés dans plusieurs pays en 2015, dont l'Ukraine. Il suffit d'un voyageur revenant d'une région infectée pour réintroduire le virus dans un pays exempt de poliomyélite. Il importe de maintenir des niveaux élevés de couverture vaccinale pour interrompre la transmission en cas d'importation et prévenir la survenue de flambées épidémiques.

back to top

Quels sont les vaccins disponibles contre la poliomyélite ?

Il existe deux formes différentes de vaccin disponibles : le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) et le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO).

Qu'est-ce que le VPI ?

Le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) comprend des souches inactivées (mortes) des trois types de poliovirus. Il fait l'objet d'une injection intramusculaire réalisée obligatoirement par un agent de santé qualifié. Il produit des anticorps dans le sang pour les trois types de poliovirus. En cas d'infection, ces anticorps empêchent la propagation du virus dans le système nerveux central et protègent contre la paralysie. Si le VPI prévient ainsi l'infection, il n'interrompt cependant pas la transmission du virus.

Qu'est-ce que le VPO ?

Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) contient des souches vivantes et atténuées (affaiblies) de poliovirus (un à trois types selon le vaccin). Le VPO se prend par voie orale. Il peut être administré par des bénévoles, et ne nécessite donc pas le recours à des agents de santé qualifiés ou à un matériel d'injection stérile. Il existe trois formes différentes de vaccin : 

  • le VPO trivalent protège contre les poliovirus de types 1, 2 et 3 ; 
  • le VPO bivalent contre les poliovirus de types 1 et 3 ; et 
  • les VPO monovalents contre le poliovirus de type 1 ou 3 selon le cas.

back to top

Pourquoi utilise-t-on le VPO ?

Le vaccin antipoliomyélitique oral est simple à administrer. Il peut être administré par des bénévoles, et ne nécessite donc pas le recours à des agents de santé qualifiés ou à un matériel d'injection stérile. Le vaccin est en outre relativement peu coûteux.
Plusieurs semaines après la vaccination, le virus du vaccin se reproduit dans l'intestin, est excrété dans les matières fécales et peut se transmettre aux personnes par contact étroit. En d'autres termes, dans les régions où les conditions d'hygiène et d'assainissement sont précaires, le VPO peut être à l'origine d'une vaccination « passive » des personnes à qui l'on n'a pas directement administré le vaccin.
Après trois doses de VPO, une personne est immunisée à vie, et ne peut donc plus transmettre le virus à autrui en cas de nouvelle exposition. Grâce à cette « immunité intestinale », le VPO constitue le seul moyen efficace pour arrêter la transmission du poliovirus en cas de flambée épidémique. 

Pourquoi utilise-t-on le VPI ?

Un nombre croissant de pays exempts de poliomyélite optent pour le VPI. En effet, le risque posé par la circulation du poliovirus dérivé d'une souche vaccinale en raison de l'utilisation systématique et continue du VPO (voir ci-dessous) est, selon toute vraisemblance, supérieur au risque posé par le virus sauvage importé. Cependant, comme le VPI empêche l'infection, sans pour autant interrompre la transmission du virus, il continuera d'être utilisé jusqu'au retrait complet du VPO là où une flambée épidémique de poliomyélite doit être endiguée, même dans les pays qui utilisent exclusivement le VPI dans leur programme de vaccination systématique.
Trois doses de VPI confèrent une protection à vie contre la maladie. Les programmes nationaux de vaccination continueront d'administrer ce vaccin pendant plusieurs années une fois que l'éradication mondiale de la poliomyélite aura été déclarée. 

back to top

Pourquoi le retrait progressif du VPO ?

Le Plan stratégique pour l'élimination de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 a pour objectif un monde sans poliomyélite d'ici 2018. Pour ce faire, plusieurs mesures doivent être prises, notamment l'arrêt de l'utilisation du VPO. Malgré l'innocuité et l'efficacité de ce vaccin, le virus vivant mais atténué du VPO peut provoquer la paralysie dans des cas extrêmement rares (environ 1 sur 2,7 millions de premières doses du vaccin). On estime qu'une poliomyélite paralytique postvaccinale (PPAV) peut, dans certains cas, se déclarer à la suite d'une déficience immunitaire. Le risque extrêmement faible de PPAV est bien connu et accepté par la plupart des programmes de santé publique dans le monde. En effet, sans VPO, des centaines de milliers d'enfants seraient paralysés chaque année.
Le VPO présente un second inconvénient : bien que cela se produise très rarement, le virus du vaccin subit une modification génétique et commence à circuler dans la population. Ces virus sont appelés « poliovirus circulants dérivés de souches vaccinales (PVDVc) ».
Pour éviter tout risque de poliomyélite due à ces poliovirus, le VPO fera l'objet d'un retrait progressif à l'échelle mondiale dès avril 2016. 

En quoi consiste le remplacement du VPO ?

Étant donné que le poliovirus sauvage de type 2 n'a plus été détecté dans le monde depuis 1999, et que son éradication a été déclarée en 2015, le retrait progressif du VPO donnera d'abord lieu à un remplacement synchronisé du VPO trivalent au niveau mondial (contenant les types 1, 2 et 3) par le VPO bivalent (contenant les types 1 et 3) en avril 2016. Afin de préparer cette phase, les pays utilisant le VPO introduiront, s'ils ne l'ont pas déjà fait, au moins une dose de VPI (contenant des souches inactivées des trois types de poliovirus) dans leurs programmes de vaccination systématique. Tous les pays utilisant le VPO seul ou en combinaison avec le VPI choisiront une date entre le 17 avril et le 1er mai pour le passage du VPO trivalent au VPO bivalent. Juste après le remplacement, tous les stocks restants de VPO trivalent seront détruits de manière planifiée. 

Grâce à une planification et à une surveillance minutieuses, le processus de remplacement représentera une avancée majeure pour le programme de lutte contre la poliomyélite, et le retrait de tous les VPO après l'éradication des poliovirus de types 1 et 3 s'inspirera de cette expérience.

back to top

Quels pays de la Région européenne de l'OMS cesseront d'utiliser le VPO trivalent en avril 2016 ? 

Les pays de la Région européenne de l'OMS qui passeront au VPO bivalent sont l'Albanie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Bosnie-Herzégovine, l'ex-République yougoslave de Macédoine, la Fédération de Russie, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Monténégro, l'Ouzbékistan, la République de Moldova, la Serbie, le Tadjikistan, le Turkménistan, la Turquie et l'Ukraine. Le Bélarus et la Pologne adopteront un calendrier de vaccination comportant uniquement le VPI.

Que se passera-t-il une fois que la poliomyélite sera éradiquée ? 

Une fois que la poliomyélite sera éradiquée, la communauté internationale pourra se féliciter d'avoir réalisé un progrès majeur dans le domaine de la santé publique, qui profitera à tous les habitants du globe. Plus important encore, aucun enfant ne devra plus jamais subir les conséquences affreuses d'une paralysie permanente due à la poliomyélite.

La poliomyélite peut-elle sévir à nouveau ?

Une fois que les poliovirus sauvages auront été éradiqués, le seul risque de réémergence consistera en l'apparition de souches rares de poliovirus circulants dérivés de souches vaccinales, ou en une fuite du virus à partir d'un laboratoire ou d'un fabricant de vaccins.
Pour limiter autant que possible ces risques, il est procédé au retrait progressif du VPO au niveau mondial dès avril 2016, avec confinement de la poliomyélite. 

back to top

Qu'entend-on par confinement de la poliomyélite ? 

Pour empêcher la réintroduction du virus après le retrait progressif du vaccin antipoliomyélitique oral et, par la suite, du vaccin inactivé, le nombre de centres et de services certifiés de confinement du poliovirus sera réduit au minimum nécessaire pour remplir les fonctions essentielles de production, de diagnostic et de recherche sur les vaccins. Des efforts sont actuellement déployés au niveau mondial pour recenser, détruire ou confiner en toute sécurité l'ensemble des échantillons de poliovirus potentiellement infectieux dans tous les laboratoires et sites de fabrication du monde entier. Les délais et les conditions de ce processus sont décrits dans le Plan d'action mondial de l'OMS visant à réduire au minimum le risque d'exposition au poliovirus associé aux établissements après l'éradication des poliovirus sauvages par type et l'arrêt progressif de l'utilisation du VPO.