Les accidents de la route – la plus grande menace pour la vie des enfants

Faith Kilford Vorting

Organisée du 4 au 10 mai 2015, la troisième Semaine mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière met l'accent sur les enfants et la sécurité routière, et contribue aux efforts visant à enrayer le nombre croissant de décès dus aux accidents de la route et à sauver 5 millions de vies d'ici 2020, dans le cadre de la Décennie d'action pour la sécurité routière 2010-2020. La semaine veut mettre en évidence le sort des enfants sur les routes du monde, susciter des mesures pour assurer leur sécurité et promouvoir l'inclusion des transports sûrs et durables dans le programme de développement pour l'après-2015. Le hashtag de la campagne mondiale est le suivant : #SaveKidsLives.

Dans la Région européenne, les accidents de la route représentent la plus grande menace pour la vie des enfants âgés de 5 à 17 ans. Le risque de mortalité due aux accidents de la route chez les enfants des pays à revenus faible et intermédiaire est presque deux fois plus important que celui des enfants des pays à revenu élevé. De nombreux pays ont connu une motorisation rapide qui n'a pas pris en considération les besoins des enfants. Ces derniers sont des usagers de la route vulnérables, qu'ils soient piétons, cyclistes, motocyclistes ou occupants de voitures. Pour lutter contre cette perte quotidienne et inexorable de jeunes vies humaines, la campagne mondiale propose dix stratégies pour assurer la sécurité des enfants sur les routes.

Il s'agit des stratégies suivantes :

  1. limiter la vitesse sur l'ensemble du réseau routier et, notamment, faire respecter une limitation de la vitesse maximale à 30 kilomètres/heure sur les routes où la concentration de piétons est importante ;
  2. réduire l'alcool au volant pour protéger les enfants contre cette importante menace ;
  3. utiliser le casque à vélo et à moto afin de réduire le risque de graves traumatismes crâniens ;
  4. utiliser les dispositifs de retenue pour enfants (sièges auto pour nourrissons, sièges auto pour enfants, rehausseurs et ceintures de sécurité en fonction de l'âge de l'enfant) ;
  5. améliorer la visibilité des enfants par le port de bandes réfléchissantes, l'utilisation de lampes frontales sur les vélos et les motos, la présence de personnes préposées à la traversée des écoliers à proximité des écoles et l'amélioration de l'éclairage des rues ;
  6. améliorer les infrastructures routières pour ralentir la circulation et séparer les différents types d'usagers de la route, et créer des zones interdites aux voitures ;
  7. adapter la conception des véhicules en vue de sécuriser davantage les passagers et les piétons ;
  8. réduire les risques pour les jeunes conducteurs en mettant en place des programmes d'obtention progressive du permis de conduire ;
  9. fournir les soins appropriés aux enfants blessés par un personnel formé dans ce domaine et à l'aide de l'équipement adéquat ; 
  10. et, en guise de complément aux autres mesures, surveiller les enfants à proximité des routes.

Les efforts déployés par les pays de la Région européenne de l'OMS pour renforcer la sécurité routière et celle des enfants

De nombreux pays européens planifient actuellement la tenue d'événements sur ce thème, et la société civile s'est alliée aux pouvoirs publics en vue de soutenir la campagne mondiale. Plusieurs initiatives, dont des conférences de presse, des émissions de radio et de télévision et des concours, sont organisées dans plusieurs pays de la Région. L'OMS soutient celles mises en œuvre en Albanie, au Bélarus, en Fédération de Russie, en Lituanie, au Kirghizistan, en Ouzbékistan, en Pologne, en République tchèque, en République de Moldova, en Slovaquie et en Turquie ; d'autres pays (dont l'Allemagne, la Belgique, la Bosnie-Herzégovine, Chypre, la Géorgie, le Luxembourg et la Suède) organisent également des activités dans ce domaine.

Exemples d'activités spécifiques menées dans les pays :

  • La Slovaquie testera en particulier les connaissances des conducteurs en matière de premiers soins et de sécurité des enfants dans la voiture. Ceux-ci recevront de la documentation sur les premiers soins à apporter et les précautions de sécurité, ainsi qu'un petit cadeau relatif à la sécurité routière.
  • Le ministère tchèque des Transports va organiser des activités dans les régions et les municipalités, en collaboration notamment avec des organismes à but non lucratif, des écoles et des entreprises privées. Il les aidera à améliorer la sécurité routière et à organiser des activités dans ce domaine au cours de la semaine. Des personnalités culturelles et sportives seront également invitées à soutenir la campagne.
  • La Fédération de Russie tentera de recruter des enfants comme « jeunes inspecteurs de la circulation » en vue de promouvoir la sécurité routière dans leurs écoles et d'autres institutions.
  • La Lituanie organisera un atelier pour les municipalités sur la manière d'échanger les bonnes pratiques, avec l'appui du ministère des Transports et des Communications, du ministère de l'Intérieur et d'autres intervenants.

La campagne #SaveKidsLives sur les médias sociaux

Cette année, certains pays font la promotion des « #Safies », une autre version des fameux selfies. Le public est encouragé à imprimer et à personnaliser des bannières de la campagne #SaveKidsLives et à se photographier avec celles-ci tout en adoptant des comportements sûrs sur les routes, comme l'usage de casques pour vélos et motocyclettes, de ceintures de sécurité et de dispositifs de retenue pour enfants, l'utilisation des passages zébrés et des trottoirs, et le port de vêtements réfléchissants. La Pologne organisera des séances photo en temps réel en vue de promouvoir et de partager les #Safies