Les services de santé doivent se préparer à faire face au froid intense

Le froid intense provoque une hausse de la mortalité et représente un important risque sanitaire pour de nombreuses populations, en particulier les enfants, les personnes âgées, les sans-abri ou les personnes en état d'ébriété. La vague de froid sévissant actuellement dans plusieurs pays de la Région européenne de l'OMS pose un défi aux services sanitaires et sociaux. Les services de santé et les hôpitaux doivent soigner un nombre croissant de patients souffrant de l'exposition au froid, d'hypothermie, d'engelures, de traumatismes, d'infections respiratoires et d'incidents cardiovasculaires, et victimes d'accidents.

L'exposition à des températures extrêmement basses est suivie par une hausse de la mortalité due aux cardiopathies coronariennes après 1 à 3 jours, des accidents vasculaires cérébraux après 3 à 4 jours et des maladies respiratoires après plus de 5 jours. Les affections cardiovasculaires concourent à 50-70 % de la surmortalité en hiver, et les maladies respiratoires, à 15-33 %.

Selon les informations relayées par les médias, plus de 110 personnes sont décédées jusqu'à présent des effets sanitaires provoqués par le froid intense dans certains pays de la Région européenne de l'OMS.

Préparation du secteur de la santé

Le secteur de la santé doit se préparer aux vagues de froid et aux problèmes de santé en période hivernale afin de prévenir et d'atténuer les effets sanitaires nocifs provoqués par les températures froides. Il doit mettre en œuvre les interventions suivantes :

  • disposer de systèmes efficaces d'alerte précoce ;
  • prendre des mesures afin de réduire l'exposition au froid et fournir un traitement et des soins médicaux aux groupes de population vulnérables ;
  • mener des activités de suivi et de surveillance des effets sanitaires ;
  • évaluer la préparation des services et établissements de santé.

La préparation du secteur de la santé publique à l'hiver et aux vagues de froid permet de réduire nettement les hospitalisations. Les plans de préparation doivent être mis en œuvre en coordination avec d'autres secteurs, tels que le logement, l'énergie, les transports et l'éducation, et intégrés dans les plans nationaux et généraux d'urgence.

Groupes à haut risque

Les enfants et les personnes âgées ainsi que les sans-abri ou les personnes en état d'ébriété, ainsi que les personnes souffrant de certains problèmes de santé et de maladies chroniques, ou prenant certains médicaments, sont parmi les plus vulnérables en hiver et pendant les périodes particulièrement froides.

La vulnérabilité à l'exposition au froid est largement influencée par des déterminants plus généraux tels que le logement, l'approvisionnement en énergie ainsi que les conditions économiques et sociales des individus et des familles. 

Soutien de l'OMS

L'OMS aide les autorités nationales à formuler et à réviser les plans grand froid par des conseils d'experts, un appui technique et des documents d'orientation.

L'OMS/Europe a élaboré une liste de contrôle pour les interventions en cas d'urgence en anglais et en russe qui met en évidence les mesures essentielles de préparation générique à l'intention des hôpitaux. La liste de contrôle permet aux hôpitaux de faire face à la hausse des demandes lors des situations de crises, et cela inclut les périodes de grand froid.