L'OMS appelle à mobiliser 14 millions d’USD pour étendre ses interventions sanitaires en Ukraine

L'OMS étend ses interventions sanitaires en Ukraine pour répondre aux besoins des populations se trouvant dans les zones de conflit et des personnes déplacées dans leur propre pays, en raison des combats se déroulant actuellement dans la région du Donbass (Donetsk et Louhansk), dans l'est du pays. Alors que le monde célèbre la Journée mondiale de l'aide humanitaire, l'OMS appelle la communauté internationale à s'engager à verser 14 millions de dollars des États-Unis pour préserver la santé d'une population de plus en plus vulnérable.

Situation sanitaire actuelle en Ukraine

  • Près de quatre millions de personnes ont été frappées par la crise ; plus de 2 000 décès sont dénombrés et 5 000 personnes ont été blessées (bilan du 18 août 2014).
  • D'après les estimations, 400 000 personnes ont été forcées à quitter leur foyer, soit un nombre bien supérieur aux 140 000 personnes officiellement enregistrées comme déplacées dans leur propre pays.
  • Près de 200 000 personnes vivent dans les zones de combat et n'ont que peu ou pas accès à une eau potable et à l'électricité.
  • 15 hôpitaux ont été endommagés et 20 centres de santé ont été fermés.
  • 70 % des agents de santé des zones de conflit ont fui leur lieu de travail.
  • Le système de santé ne peut pas fournir les services de santé nécessaires pour répondre aux besoins de la population. Parmi les difficultés figurent une couverture vaccinale historiquement basse (notamment contre la poliomyélite), une incidence élevée du VIH/sida et de la tuberculose pharmacorésistante et une forte charge des maladies chroniques.

Plan d'action du secteur de la santé

Le Plan d'action préliminaire du secteur de la santé, évalué à 14 millions d’USD, comprend quatre volets : des interventions humanitaires ciblées, fondées sur les besoins dans les zones touchées ; le rétablissement rapide des services de soins de santé dans les zones post-conflit ; un soutien technique aux autorités publiques ; le suivi et l'évaluation du système national de santé.

Près de 8 millions d’USD de la somme totale sont affectés à l'extension des interventions de l'OMS. Ils couvriront :

  • la mobilisation d'agents de santé ;
  • la fourniture de kits sanitaires d'urgence et d'un soutien logistique à leur distribution ;
  • le renforcement des systèmes d'alerte précoce des maladies infectieuses ;
  • la collaboration avec des partenaires pour mettre sur pied des dispensaires mobiles et des centres de premier secours ; et
  • l'appui à la fourniture de vaccins destinés aux enfants déplacés dans leur propre pays.   

État de santé préoccupant des personnes déplacées dans leur propre pays

Le 8 août,  l'OMS a pris part à une mission de terrain dans trois camps de personnes déplacées dans leur propre pays, situés dans les régions de Mariupol, Donetsk et Zaporizha ; cette mission était commune au Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), au Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et au Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), en soutien au Service d'État de l'Ukraine pour les situations d'urgence.

La situation dans les camps est variable, mais de manière générale, ceux dans lesquels se trouvent actuellement des familles de personnes déplacées manquent d'eau potable et ne possèdent que de médiocres installations d'assainissement. Des infections respiratoires, gastro-intestinales et cutanées ont été notifiées ; on constate également un risque de maladies évitables par la vaccination, notamment la poliomyélite, dû au fait que la plupart des enfants ne sont pas vaccinés. Des maladies chroniques telles que l'asthme et le diabète ne sont pas traitées ; la nourriture distribuée est de faible valeur nutritionnelle ; et de nombreuses personnes souffrent de troubles mentaux.
La saison froide qui commence aggravera probablement les conditions de vie des personnes déplacées dans leur propre pays.

Interventions actuelles de l’OMS

L'OMS coordonne les interventions dans le secteur de la santé, en soutien au ministère ukrainien de la Santé, depuis le début des troubles civils dans le pays, en novembre 2013.

Le soutien accordé comprend notamment des conseils techniques sur des questions telles que les maladies évitables par la vaccination et la surveillance des maladies chez les personnes déplacées dans leur propre pays, de même que la mise en place d'un système de collecte de données sur les besoins et les lacunes dans le domaine de la santé, par l'intermédiaire d'un réseau de spécialistes de l'impact sanitaire.

Les dernières évolutions dans le pays, telles que l'intensification des combats, la hausse du nombre d'habitants touchés et de personnes déplacées dans leur propre pays, et les mouvements transfrontaliers de population, notamment en direction de la Fédération de Russie, nécessitent un soutien croissant de l'OMS et de ses partenaires.