Flambée épidémique causée par ECEH : 7e bulletin

En Allemagne, la flambée épidémique provoquée par une infection à E. coli entérohémorragique continue.

Syndrome hémolytique et urémique (SHU)

Au 3 juin à 18 h 00 HEC, l'Allemagne avait signalé 573 cas de SHU (dont 12 cas mortels), soit 53 de plus que la veille. 70 % des cas affectaient des femmes et 89 % des adultes âgés de 20 ans ou plus. Les taux d'atteinte les plus élevés pour 100 000 personnes se situaient dans le groupe d'âge de 20 à 49 ans. Ces cas de SHU se sont déclarés entre le 1er et le 31 mai.

Escherichia coli entérohémorragique (ECEH)

Au 3 juin à 18 h 00 HEC, 1428 cas d'infection à ECEH (sans HUS) avaient été signalés en Allemagne (dont 6 cas mortels), soit 215 de plus que la veille. 61 % des cas affectaient des femmes et 88 % des adultes âgés de 20 ans ou plus. Ces cas d'infection à ECEH se sont déclarés entre le 1er et le 30 mai. Le Robert Koch Institut a insisté sur le fait qu'il était encore trop tôt pour pouvoir juger si la flambée épidémique avait déjà atteint son stade le plus grave ou non.

Autres pays

Au 4 juin à 18 h 00 HEC, 11 autres pays d'Europe avaient signalé 31 cas de SHU (dont un cas mortel) et 71 cas d'ECEH (sans cas mortel) au total.

Pays SHU
ECEH
Autriche 0
2
Danemark 7 11
Espagne 1 0
France 0
10
Norvège 0 1
Pays-Bas 4 4
Pologne 1
0
République tchèque 0 1
Royaume-Uni 3 8
Suède 15 31
Suisse 0 3


En outre, les Centers for Disease Control and Prevention d'Atlanta, aux Etats-Unis d'Amérique, avaient précédemment publié des informations sur 2 cas de SHU survenus dans ce pays et dus à la même flambée épidémique.

Dans tous les cas mentionnés ci-dessus, sauf un, les patients affectés par un SHU ou une infection à ECEH s'étaient rendus en Allemagne ou avaient quitté ce pays durant la période d'incubation de l'infection, qui dure généralement de 3 à 4 jours après l'exposition à l'agent pathogène (mais peut varier de 2 à 10 jours). Comme l'ont confirmé les analyses en laboratoire dans un nombre croissant de cas, le sérotype d'ECEH impliqué est le O104:H4 ou, plus précisément, une souche d'E. coli entéroaggrégative productrice de vérotoxines (EAggEC VTEC) O104:H4. Tous les pays touchés notifient leurs cas aux autorités allemandes et à l'OMS. Les pays de l'Union européenne s'échangent également des informations par l'intermédiaire du système sécurisé d'alerte précoce et de réaction (SAPR).

Remarque :  L'infection à ECEH et le SHU sont classés chacun dans leur propre catégorie de notification. Dès lors, il ne devrait pas y avoir de doublons dans les chiffres. Cependant, pour toute une série de raisons, les statistiques relatives à une flambée épidémique en évolution rapide sont provisoires et sujettes à modification.