Mieux se préparer aux urgences sanitaires en Europe centrale

WHO/Igor Vrabie

Expérience pratique : des participants à une séance de formation sur la communication relative aux risques sont interrogés en face d’une caméra

Au cours de la première semaine de juillet 2015, 50 représentants du secteur de la santé de 10 pays d'Europe centrale ont assisté à un atelier sur la communication relative aux risques à Chișinău (République de Moldova). 

« Ce fut une formidable expérience pour nous, en notre qualité de communicateurs. Nous avons appris la théorie, mais aussi la pratique, c'est-à-dire comment gérer la communication avec les médias et les situations de risque sanitaire sur le terrain », explique Valentin Popescu, conseiller personnel auprès du docteur Arafat, Service des situations d'urgence (Roumanie).

Cet atelier interactif visait à renforcer les capacités nationales et internationales en matière de communication sur les risques dans le cadre du Règlement sanitaire international et de la préparation à une pandémie de grippe. Il a donné lieu à des discours-programmes, des exposés par des experts, ainsi qu'à des exercices de communication médiatique et de simulation. Les participants ont également partagé leurs données d'expériences avec leurs homologues des pays voisins. Les plans nationaux de communication sur les risques seront révisés à la suite de cette formation. L'atelier a été organisé par l'OMS/Europe et accueilli par le ministère de la Santé de la République de Moldova. 

« Les formateurs ont essayé d'impliquer tous les participants dans les débats, et même si je ne travaille pas dans le domaine des communications, j'ai acquis un savoir que je compte bien mettre à profit, comme planifier à l'avance ce que je veux dire aux populations, et me faire une idée claire de ce que je veux qu'ils entendent et qu'ils fassent par la suite », a déclaré Ganna Radysh, administratrice nationale du Bureau de l'OMS en Ukraine.

Jarno Habicht, représentant de l'OMS en République de Moldova, a ajouté, « c'est réjouissant de pouvoir tisser des liens d'amitié entre les différents experts, non seulement au sein d'un même pays, mais aussi dans les pays voisins, car les maladies ne connaissent pas de frontières. Les messages à retenir de cet atelier sont « bien se préparer » et « apprendre à connaître les collègues et les experts des médias, et établir des réseaux à l'avance ». 

Parmi les participants, il convient de mentionner des professionnels du secteur national de la santé dans le domaine de l'évaluation des risques et des interventions en cas d'événements aigus de santé publique, et des spécialistes de la communication d'Estonie, d'Israël, de Lettonie, de Lituanie, de la République tchèque, de la République de Moldova, de Pologne, de Roumanie, de Slovaquie et d'Ukraine.

Un atelier similaire a été organisé en Serbie en 2014 à l'adresse des pays des Balkans, et le prochain se tiendra en Asie centrale en 2016.