Conseils santé de l’OMS pour les voyageurs se rendant aux Jeux olympiques d’hiver 2018

WHO

Les XXIIIe Jeux olympiques et paralympiques d’hiver auront lieu respectivement du 9 au 25 février et du 9 au 18 mars à Pyeongchang, en république de Corée. Des dizaines de milliers de personnes du monde entier devraient assister à cet événement sportif international. Pour préserver sa sécurité et sa santé à l’étranger, en particulier lorsque l’on se rend à des rassemblements de masse, il est capital de connaître et de prévenir les risques sanitaires.

Les événements de grande envergure – comme les compétitions sportives de haut niveau – peuvent être des foyers de flambées épidémiques et d'autres problèmes de santé, et promouvoir des produits et des comportements peu sains. Mais il est possible de limiter les risques en prenant des mesures préventives simples. L'OMS formule des conseils de santé à l'intention des personnes assistant à ces rassemblements de masse, et aide les autorités nationales dans leurs préparatifs. L'objectif est d'éviter tout risque de santé publique durant ces importantes manifestations internationales.

Principales recommandations pour la sécurité et la santé aux Jeux olympiques

Des températures d’un froid extrême sont prévues à PyeongChang. Lorsque le mercure chute, entraînant un facteur de refroidissement éolien élevé, une hypothermie et des engelures peuvent apparaître, surtout chez les nourrissons et les jeunes enfants. Il est recommandé aux voyageurs de s’abriter au chaud et de requérir de toute urgence une assistance médicale si eux-mêmes ou un membre de leur famille ressentent l’un des symptômes suivants : frissons, confusion, pertes de mémoire, troubles de l’élocution, fatigue ou épuisement.

Les Centres coréens de lutte contre les maladies (KCDC) signalent actuellement une offensive de la grippe saisonnière (grippes de type B et A(H3N2)). Il est conseillé aux voyageurs de consulter leurs prestataires de santé et de veiller à se faire vacciner contre la grippe saisonnière.

Les calendriers de vaccination systématique établis par les autorités nationales recommandent également une vaccination contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la poliomyélite, la rougeole, l’hépatite B et  Haemophilus influenzae type b.

Le risque de contracter une infection par le VIH, Chlamydia, le virus de l’hépatite B ou la syphilis, la gonorrhée, l’herpès et d’autres infections sexuellement transmissibles (IST) est essentiellement limité aux voyageurs adoptant des comportements sexuels à risque, notamment des rapports sexuels non protégés, en particulier avec des travailleurs du sexe ou des consommateurs de drogues par injection, ou dans le cas d’hommes ayant des relations homosexuelles.  Lorsque le préservatif est utilisé de manière correcte et systématique, il constitue l’une des méthodes de protection les plus efficaces contre les IST.

Les voyageurs prendront les mesures de précaution suivantes :

  • suivre les conseils aux voyageurs dispensés par les autorités sanitaires de leur pays ;
  • s’assurer d’être vaccinés conformément à leur calendrier national de vaccination ;
  • être vigilants dans les endroits bondés, surtout là où la consommation de drogue ou d’alcool pourrait influencer le comportement dans le mauvais sens.
  • s’abstenir de relations sexuelles ou veiller à se protéger – plus précisément, il est recommandé d’employer le préservatif de manière systématique et correcte.
  • avoir une bonne hygiène, notamment en se lavant les mains à l’eau et au savon avant de toucher ou de consommer des aliments.