Renforcer les capacités de préparation et d’action en situation d’urgence sanitaire dans la Région européenne

WHO

The exercise management team coordinating a debriefing session in the Emergency Operations Centre at WHO/Europe.

Conformément au nouveau Plan d’action pour améliorer la préparation et l’action de santé publique dans la Région européenne de l’OMS, le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, par une série d’initiatives, aide ses États membres à renforcer leurs capacités de préparation et d’action en situation d’urgence sanitaire.

Les flambées épidémiques et les situations d’urgence sanitaire prouvent encore et toujours qu’elles peuvent survenir à tout moment, dans n’importe quel pays. Dès lors, tout pays doit établir des priorités et se préparer à différents types de menaces pour la santé, qu’il s’agisse de maladies infectieuses, de catastrophes naturelles, de conflits ou de risques environnementaux. L’un des volets essentiels de cette préparation est le renforcement, dans toute la Région, des principales capacités visées dans le Règlement sanitaire international (RSI), et ce par le biais d’indispensables formations et exercices de simulation.

Développer les capacités de prévention, de détection et d’intervention en situation d’urgence sanitaire

En octobre, le Bureau régional a organisé, à l’intention des points focaux nationaux, un atelier sur le RSI, avec des participants de dix pays. Ce fut l’occasion d’échanger des expériences et des bonnes pratiques concernant divers aspects des capacités, procédures et mécanismes de communication et de coordination nationaux en matière de préparation et d’intervention. Les points focaux nationaux ont classé les exercices de simulation parmi les domaines prioritaires dans le cadre des travaux menés par le Bureau régional avec les États membres.

« Il est clair que le Règlement sanitaire international (2005) est plus pertinent que jamais, et il est encourageant de voir que les pays établissent des priorités et renforcent leurs capacités nationales pour prévenir et détecter tous les types de menaces sanitaires, et pour y réagir », déclare le docteur Dorit Nitzan, coordonnatrice des urgences sanitaires au Bureau régional de l’OMS pour l’Europe.

En novembre, 27 États membres de l’OMS ont participé au premier exercice annuel de simulation fonctionnelle pour une évaluation et une détection conjointes (JADE). JADE a permis d’éprouver la communication et la coordination entre les points focaux nationaux pour le RSI et les responsables du RSI au Bureau régional. Quoique l’exercice était axé sur les points focaux nationaux, de nombreux pays ont inclus dans leur équipe d’autres participants venus du ministère de la Santé. La capacité à travailler de manière interdisciplinaire et intersectorielle sera essentielle pour une notification et une communication rapides, pour l’évaluation des besoins et des risques dans les meilleurs délais et pour la mise en place d’un soutien technique et opérationnel.

« Ces formations, exercices de simulation et autres se sont révélés être un excellent moyen de tester et d’évaluer les plans et mécanismes d’intervention d’urgence avant que des vies ne soient en danger, permettant aux pays d’établir des priorités et d’investir en fonction de leurs besoins et lacunes les plus criants », ajoute le docteur Nitzan.

Un plan d’action adapté aux besoins de la Région européenne

Cette manière d’envisager le renforcement des capacités, fondée sur les besoins, est un élément important du nouveau Plan d’action pour améliorer la préparation et l’action de santé publique dans la Région européenne de l’OMS. Ce plan d’action a été accueilli favorablement par tous les États membres de la Région européenne de l’OMS en septembre 2018. Il appelle tous les pays à renforcer ou à maintenir leurs capacités d’intervention en situation d’urgence, par exemple par la formation et la possibilité de mettre en pratique et d’examiner les capacités nouvelles et existantes.

Cependant, malgré des progrès considérables dans ces domaines, il faudra encore consentir beaucoup plus d’efforts. Une volonté politique et un engagement financier durables sont d’une importance capitale pour remédier aux carences et aux difficultés actuelles. Avec les donateurs et les partenaires chargés de la mise en œuvre, l’OMS maintiendra son soutien sans faille aux États Membres et s’emploiera résolument à multiplier les exercices de simulation et autres initiatives pour le renforcement des capacités de préparation et d’intervention en situation d’urgence, conformément au plan d’action et dans le respect du cadre et des principes du RSI (2005).