L’OMS et ses partenaires livrent des fournitures médicales et des médicaments de base à 900 000 patients dans le nord de la Syrie

SRD

A female doctor attends a baby in a WHO-supported clinic

Grâce à une voie d’approvisionnement récemment ouverte pour les fournitures médicales de base, 900 000 patients hospitalisés dans 175 structures sanitaires du nord de la Syrie bénéficient actuellement de médicaments et fournitures de base.

Le conflit en cours en Syrie a considérablement réduit la capacité à dispenser des services de santé aux populations touchées, et l’OMS a estimé que plusieurs types de fournitures médicales, dont des médicaments d’une importance vitale, ne sont plus disponibles.

Malgré les obstacles entravant l’arrivée de l’assistance sanitaire et humanitaire dans les zones assiégées et difficiles à atteindre, l’équipe de l’OMS présente sur le terrain à Gaziantep (Turquie) et 19 partenaires œuvrant pour la santé redoublent d’efforts en vue de répondre à la demande croissante de médicaments et de fournitures.

Adapter les services aux besoins

Afin d’assurer un approvisionnement durable en médicaments de base, l’OMS a étudié les besoins sanitaires de la population dans le nord de la Syrie. En étroite collaboration avec ses partenaires, elle a établi une liste des fournitures médicales et chirurgicales requises pour les cliniques de soins primaires, les principaux hôpitaux et les centres de traumatologie.

« La liste des fournitures médicales requises pour les soins de santé primaires, par exemple, a été basée sur la liste modèle OMS des médicaments essentiels et le programme de base pour les services de santé », déclare le docteur Alaa Abou Zeid, coordinateur de la santé d’urgence à l’unité de terrain de l’OMS, à Gaziantep. « Nous avons discuté des besoins avec des experts de la santé infantile, de la santé mentale, des maladies non transmissibles et de la nutrition, de sorte que nous avons pu déterminer quelles fournitures correspondent à ces besoins. »

S’adapter à des priorités changeantes

Le système d’approvisionnement en médicaments de base est suffisamment flexible pour s’adapter à des besoins fluctuants induits par le contexte instable dans cette zone. Les experts de l’OMS observent la situation en permanence et sont capables d’anticiper son évolution grâce aux plans d’urgence. Cela leur permet de déterminer les priorités et de pré-positionner les fournitures d’urgence pour les partenaires travaillant à Alep.

« Il est capital de dispenser à nos patients les soins médicaux dont ils ont besoin. Avec la forte dégradation des services de santé, cela a été un parcours semé d’embûches, mais la nouvelle voie d’approvisionnement est un mécanisme extraordinaire pour maintenir durablement les services de santé et sauver des vies », explique le docteur Tarek Mousa, coordinateur médical de Syria Relief and Development, l’un des partenaires de l’OMS pour ce projet. « Nous devons maintenir cette voie de ravitaillement si nous voulons continuer à aider des gens dans le besoin. »