Journée mondiale de la sécurité des patients : faire de la lutte contre les infections l’affaire de tous dans les zones de conflit

Syria Relief & Development

Dans les zones de conflit, les établissements de soins de santé dispensent des services vitaux avec des ressources très limitées. Cette situation, combinée à une lutte anti-infectieuse insuffisante, à un approvisionnement en eau et un assainissement inadéquats et à une infrastructure d’hygiène déficiente, peut souvent entraîner une amplification des maladies chez le personnel et les patients, et parfois dans la communauté elle-même. À l’occasion de la toute première Journée mondiale de la sécurité des patients, le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe attire l’attention sur la sécurité des patients et la prestation de soins de santé plus sûrs dans divers contextes, notamment dans les zones de conflit de l’est de l’Ukraine et du nord-ouest de la Syrie auxquelles le Bureau régional apporte son soutien.

« Personne ne devrait subir de préjudice en cherchant ou en dispensant des soins de santé. Or, un trop grand nombre de patients sont inutilement exposés au risque de contracter des infections évitables associées aux soins de santé qui menacent le fonctionnement en toute sécurité des systèmes de santé, et affectent la qualité des services de santé. C’est encore plus vrai dans les zones de conflit », déclare le docteur Dorit Nitzan, directrice par intérim pour les situations d’urgence régionales à l’OMS/Europe. « Grâce à nos activités d’intervention d’urgence, nous, à l’OMS, œuvrons avec nos partenaires de manière à ce que des mesures de prévention anti-infectieuses soient en place et effectivement appliquées dans les établissements de soins de santé dans ces contextes de haute vulnérabilité. »

Renforcement des compétences des professionnels de santé dans l’est de l’Ukraine et le nord-ouest de la Syrie

Dans l’est de l’Ukraine, l’amélioration de la sécurité des patients fait partie intégrante du renforcement du système de santé. Le Programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire renforce les capacités des professionnels de santé dans cette région, conformément aux lignes directrices de l’OMS, en mettant l’accent sur la prévention des infections associées aux soins de santé. À ce jour, l’OMS a formé plus de 250 professionnels de santé à la lutte anti-infectieuse.

« Pour nous, la lutte anti-infectieuse est essentielle pour prévenir les infections associées aux soins de santé, et vitale pour assurer la sécurité des patients, des agents de santé et des personnes se rendant dans les établissements de santé », a déclaré Ludmila Khomyakova, responsable de l’antenne de Kramatorsk du Centre de laboratoire régional de Donetsk, ministère ukrainien de la Santé.

Cependant, les besoins en matière de sécurité des patients dépassent le cadre de la formation, et le manque d’équipement constitue un défi supplémentaire. À cette fin, l’OMS a contribué à la modernisation des unités de stérilisation de plusieurs hôpitaux, en fournissant 3 chambres sous pression pour la stérilisation et la décontamination à l’Hôpital régional pour enfants de Louhansk et au service de traumatologie de l’Hôpital régional de Louhansk.

Dans le nord-ouest de la Syrie, l’OMS et ses partenaires mènent un programme pilote d’évaluation de 30 établissements de soins de santé sur le respect des lignes directrices de l’OMS en matière de lutte anti-infectieuse afin de déterminer les aspects pouvant être améliorés. Le suivi des progrès réalisés par rapport aux recommandations est assuré par un groupe de travail composé d’experts de l’OMS et de 2 points focaux par établissement, qui émettent d’ailleurs d’autres conseils. À ce jour, plus de 100 personnels de santé exerçant dans ces établissements ont été formés par l’OMS en vue d’améliorer leurs connaissances et leurs compétences en matière de sécurité des patients. Pour beaucoup, c’est la première fois qu’ils reçoivent une formation spécialisée.

« Il peut être banal d’affirmer que la prévention est le meilleur des remèdes, mais c’est si souvent le cas. Certaines mesures essentielles, comme le lavage des mains et la bonne gestion des déchets, permettront aux patients de bénéficier de meilleurs soins », déclare Annette Heinzelmann, responsable du Programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire à Gaziantep (Turquie) pour les interventions menées dans le nord-ouest de la Syrie. « Nous sommes fiers du travail que nous accomplissons avec nos partenaires, non seulement pour améliorer les compétences, mais aussi pour instaurer une culture où la prise de mesures appropriées de lutte anti-infectieuse s’inscrit profondément dans la prestation des soins de santé. »

Les 8 éléments fondamentaux de la lutte anti-infectieuse

Chaque jour, un patient hospitalisé sur 10 contracte une infection associée aux soins de santé. La lutte anti-infectieuse constitue un aspect unique de la sécurité des patients et de la qualité des soins, et revêt une pertinence universelle pour chaque agent de santé et chaque patient, à chaque interaction avec les soins de santé. Elle exige une action constante à tous les niveaux du système de santé, des responsables politiques aux responsables d’établissements, et des agents de santé à ceux qui ont accès aux services de santé.

Les éléments fondamentaux de la lutte anti-infectieuse sont essentiels pour assurer la sécurité des patients et améliorer la qualité des soins :

  1. la constitution d’une équipe dévouée dotée d’un personnel adéquat ;
  2. des connaissances des lignes directrices et des normes mondiales et observance de ces dernières ;
  3. la formation systématique du personnel des soins de santé ;
  4. la mise en place d’un système de surveillance fiable pour le suivi des infections associées aux soins de santé ;
  5. des stratégies intégrées pour une mise en œuvre efficace ;
  6. des mécanismes de suivi et d’évaluation ;
  7. un nombre suffisant d’agents de santé par patient ;
  8. des fournitures essentielles et un environnement sûr.

« Les patients et les agents de santé doivent être en sécurité et protégés en tout temps, peu importe l’endroit et le contexte. Les 8 éléments fondamentaux de la lutte anti-infectieuse sont les conditions essentielles qui permettront à chaque patient de séjourner à l’hôpital en toute sécurité », conclut Ana Paula Coutinho Rehse, experte en lutte anti-infectieuse à l’OMS/Europe.