Microcéphalie et virus Zika

La maladie à virus Zika est due à un virus transmis par des moustiques du genre Aedes. Les sujets atteints présentent en général une fièvre modérée, une éruption cutanée (exanthème) et une conjonctivite. Normalement, ces symptômes disparaissent en 2 à 7 jours. Il n'existe actuellement aucun traitement ou vaccin spécifique. La meilleure forme de prévention consiste à se protéger des piqûres de moustiques. 

Les origines

Le virus Zika a été isolé pour la première fois en 1947 chez un singe de la forêt de Zika, en Ouganda.  En 2007, la répartition géographique du virus s'est élargie pour provoquer la première flambée épidémique attestée, dans les îles du Pacifique des États fédérés de Micronésie. Entre 2013 et 2014, quatre autres nations insulaires du Pacifique ont signalé d'importantes flambées de maladie à virus Zika.  

Flambée épidémique dans les Amériques

En 2015, le virus a été dépisté dans les Amériques, où il se répand désormais sur une grande échelle. L'arrivée du virus dans certains pays du continent, notamment au Brésil, a été associée en novembre 2015 à une forte augmentation des naissances de bébés touchés par une microcéphalie et à des cas de syndrome de Guillain-Barré, une affection mal comprise dans laquelle le système immunitaire s'attaque au système nerveux, entraînant parfois une paralysie. Si la relation de cause à effet entre l'infection à virus Zika et les malformations congénitales ou les syndromes neurologiques n'a pas été établie, il existe de fortes suspicions en ce sens.

Une urgence de santé publique de portée internationale

Par conséquent, le 1er février 2016, le directeur général de l'OMS a déclaré que le groupe récent de cas de microcéphalie et de troubles neurologiques en Amérique latine et dans les Caraïbes constituait une « urgence de santé publique de portée internationale » en vertu du Règlement sanitaire international (2005).

Le risque pour l'Europe

Tous les pays européens abritant des populations de moustiques du genre Aedes peuvent courir le risque de voir se propager la maladie à virus Zika. Plusieurs voyageurs infectés par le virus Zika sont arrivés en Europe mais, comme le moustique est toujours inactif, aucune transmission de la maladie n'a pu être observée. Le risque de propagation du virus Zika augmentera au printemps et en été.

La désinsectisation des avions pour lutter contre les moustiques

Les recommandations standard de l'OMS concernant la désinsectisation des avions et des aéroports peuvent être appliquées comme mesures de précaution afin de lutter contre le vecteur (moustique du genre Aedes) à l'origine de la propagation du virus Zika. Il convient de noter que toute décision à cet égard ne doit être prise qu'après avoir effectué une évaluation des risques au niveau national afin d'établir la nécessité de la lutte antivectorielle. Si, à la suite de l'évaluation des risques, les pays et d'autres entités choisissent de procéder à la désinsectisation des avions et des aéroports, celle-ci doit être conforme aux recommandations standard de l'OMS. L'Organisation a d'ailleurs édicté des lignes directrices sur la procédure à suivre et les règles de sécurité à cet égard.