La santé à l’ordre du jour de la conférence sur le changement climatique COP19

WHO

À l’occasion de la COP19, l’OMS/Europe a organisé une table ronde sur le renforcement de l’action.

Organisée du 11 au 22 novembre à Varsovie (Pologne), la dix-neuvième session de la Conférence des parties (COP19) de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a réuni des personnalités du monde entier pour négocier en détail le prochain accord mondial sur le changement climatique.

L’OMS est fortement représentée : des membres du personnel du siège, de l’OMS/Europe et du Bureau régional de l’Afrique collaborent avec leurs homologues des délégations nationales et de diverses organisations internationales et non gouvernementales pour veiller à ce que la santé occupe une place prioritaire au programme.

Événements et activités en rapport avec la santé à la COP19

Le 18 novembre, l’OMS/Europe a organisé, dans le pavillon de l’Union européenne (UE), un événement sur les bienfaits sanitaires d’une action renforcée sur les changements climatiques. En effet, le renforcement de l’action en faveur de l’adaptation, de l’atténuation, du financement et des technologies liées aux changements climatiques peut être hautement bénéfique pour la santé humaine et le développement de la santé publique.

Des représentants des ministères de la Santé de la Pologne et du Royaume-Uni, de l’Office fédéral suisse de l’environnement, de la direction générale de l’action pour le climat de la Commission européenne, de la CCNUCC, de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) et de l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL) ont participé à une table ronde lors de cet événement.

La contribution du processus européen Environnement et santé, en particulier l’Engagement à agir accompagnant la Déclaration de Parme sur l’environnement et la santé, a été mis en exergue. Les participants ont souligné qu’il n’y avait pas de solution unique aux changements climatiques. La mise en place d’un dispositif de mécanismes souples (notamment des incitants et des mesures visant à accroître l’efficacité dans tous les secteurs), le renforcement des activités de sensibilisation et le développement des capacités s’imposent de toute urgence

Plusieurs intervenants ont fait observer que la mise en œuvre des activités d’adaptation et d’atténuation dans le secteur de la santé pourrait être élargie et dépasser le cadre de la phase pilote. On a particulièrement insisté sur un changement transformationnel et une nouvelle collaboration avec les agents du secteur de la santé afin qu’ils participent au processus de négociation. En outre, les représentants de plusieurs pays africains étaient désireux de tirer des enseignements de l’expérience acquise dans la Région européenne de l’OMS à cet égard.

En prélude à ces discussions, le Sommet mondial sur le climat et la santé 2013 a été organisé le 16 novembre par la Global Climate & Health Alliance (GCHA) conjointement avec l’Association médicale mondiale, et avec l’appui de l’OMS. Le sommet a permis de mieux cerner les effets des changements climatiques sur la santé, en réitérant la nécessité d’entreprendre une action urgente et en analysant de nouveaux moyens de structurer la communication afin de soutenir les indispensables campagnes de sensibilisation.

Ces événements, conjugués aux activités menées par le personnel de l’OMS avec les délégations nationales à la COP19, permettent aux négociateurs de garder la santé à l’esprit, tout en rappelant que sans un nouvel accord, la santé publique mondiale est sérieusement menacée.