Première conférence de l'OMS sur la santé et le climat : l'Europe appelle à promouvoir la santé tout en atténuant le changement climatique

La conférence, qui se tient à Genève (Suisse), du 27 au 29 août 2014, réunit des participants venus de 33 États membres de la Région européenne de l'OMS.

Elle entend promouvoir une approche plus systématique de la protection de la santé, en coordination avec les actions nationales et internationales menées pour faire face au changement climatique. Ses objectifs principaux sont les suivants :

  • étendre l'accès aux données scientifiques et aux connaissances les plus actuelles, ainsi qu'aux outils les plus modernes, pour accroître la résilience et protéger la santé du changement climatique ;
  • déterminer les bienfaits pour la santé liés à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et autres polluants ; 
  • soutenir les politiques de promotion de la santé face au changement climatique.

Les participants sont notamment des représentants officiels de haut niveau, des partenaires du développement et des experts techniques.

Une longue histoire de collaboration rapproche les secteurs de l'environnement et de la santé de la Région européenne de l'OMS ; celle-ci s'est vue renforcée en 2010 par la création du Conseil ministériel européen de l’environnement et de la santé. Le premier jour de la conférence, au cours d'une session consacrée aux liens entre climat dans le monde, développement durable et politique sanitaire, Valentina Tapis, ministre de l'Environnement de la République de Moldova et représentante du Conseil, a déclaré que  « la question aujourd'hui n'était plus de savoir si nous devions faire quelque chose, ni de savoir quoi faire. La question est comment nous allons le faire.

Il s'agit d'un point saillant du programme d'action de la Région européenne depuis la troisième Conférence ministérielle sur l'environnement et la santé, réunie en 1999 à Londres. » Elle a ajouté que « le Conseil ministériel européen de l'environnement et de la santé considère que le changement climatique est l'un des défis les plus importants que notre époque doive affronter en matière d'environnement et de santé. À court terme, les mesures d'adaptation sanitaire les plus efficaces résident dans les programmes axés sur la prévention, qui offrent des services de santé publique de base, réduisent les inégalités, fournissent une eau, de l'air et une alimentation propres, augmentent les capacités de préparation et d'intervention en cas de catastrophe et réduisent la pauvreté. » La ministre a conclu que c'était « la raison pour laquelle il était nécessaire de mieux inclure le changement climatique dans la planification et les programmes de santé publique ».

Une conférence pertinente pour le processus européen Environnement et santé

Les participants de la Région européenne formuleront les conclusions de la conférence sur la base des sessions, qui traiteront des politiques, des dispositifs et des outils susceptibles de stimuler la résilience des systèmes de santé face au changement climatique, des difficultés propres aux milieux urbains et des opportunités offertes par la finance climatique et environnementale pour renforcer les systèmes de santé. La conférence contribuera aux travaux du Conseil concernant les engagements pris dans la Déclaration de Parme sur l’environnement et la santé, en 2010, qui est guidée par le Groupe de travail européen sur la santé face au changement climatique. Ce groupe de travail conduit le changement et encourage l'échange d'expérience et les projets pilotes dans 38 pays de la Région européenne, avec cinq institutions contributrices : le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'Agence européenne pour l'environnement (AEE), le Centre régional d'Europe centrale et orientale pour l'environnement et l'Alliance pour la santé et l'environnement.

Les coprésidentes de l'Alliance – Louise Newport, du Département de la Santé (Royaume-Uni) et Jutta Litvinovitch, du ministère fédéral de l'Environnement, de la Protection de la nature, de la Construction et de la Sûreté nucléaire (Allemagne) – ont diffusé une déclaration indiquant que  « les conséquences du changement climatique ont été plutôt rapides, comme on l'a constaté récemment lors des multiples inondations ayant frappé l'Europe cette année. La planification précoce des probables modifications dues au changement climatique est donc une composante importante des interventions axées sur la santé face au changement climatique, et il faut par conséquent évaluer et activement développer les capacités. »