Adoption d’une déclaration conjointe sur le changement climatique et la santé lors d’une réunion de haut niveau des petits pays

Government of Monaco

From left to right: Dr Piroska Östlin, Director of the Division of Policy and Governance for Health and Well-being at WHO/Europe; Mr Gilles Tonelli, Minister for Foreign Affairs and Cooperation, Monaco; Dr Zsuzsanna Jakab, WHO Regional Director for Europe; and Mr Stéphane Valeri, Minister of Social Affairs and Health, Monaco.

Aujourd’hui, les ministres et décideurs du secteur de la santé de huit pays d’Europe ont adopté une déclaration les engageant à unir leurs efforts pour protéger la santé des populations contre les effets néfastes du changement climatique. La troisième réunion de haut niveau des petits pays, qui rassemble les pays de la Région européenne de l’OMS comptant moins d’un million d’habitants, a eu lieu à Monaco les 11 et 12 octobre 2016. Le but était de renforcer leur collaboration afin de gérer les problématiques complexes d’aujourd’hui dans le secteur de la santé.

Les principaux objectifs exposés dans cette déclaration sont de mener une action commune pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et de renforcer la collaboration en cas de situations d’urgence liées au climat. Le document souligne que les effets du changement climatique sur la santé doivent être gérés grâce à une étroite collaboration entre les ministères de la Santé et ceux d’autres secteurs. Les déterminants des plus grands problèmes de santé publique d’aujourd’hui, tels que le changement climatique, échappent pour la plupart au contrôle du secteur de la santé. Les mesures visant à promouvoir et à préserver la santé et le bien-être des populations ne peuvent être confinées à ce seul secteur.

« La déclaration signée à Monaco peut avoir un impact direct sur la santé et le bien-être des populations de petits pays », déclare le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe. « Cet appel à une action commune montre la ferme détermination des décideurs du secteur de la santé à faire reculer la mortalité et la morbidité dues aux effets du changement climatique dans leur pays. Nous saluons l’Initiative des petits pays, qui a clairement pris position sur cette problématique, et je suis convaincue que ce sera un bon exemple à suivre pour beaucoup d’autres États membres. »

Les petits pays sont en bonne voie d’atteindre les ODD d’ici à 2030

Les objectifs définis dans cette déclaration s’inscrivent dans le droit-fil des Objectifs de développement durable (ODD), qui ont joué un rôle de premier plan dans le programme de cette réunion. Pendant deux jours, les participants ont réfléchi à la manière dont les petits pays pourraient contribuer au mieux à promouvoir le développement durable et la santé.

« Nous comptons beaucoup sur l’Initiative des petits pays pour progresser dans la réalisation des ODD », explique le docteur Jakab. « Les petits pays se distinguent par leur souplesse et leur empressement dynamique à changer et à réagir aux problèmes – ce sont là leurs atouts intrinsèques par rapport à des États de plus grande superficie. Cette initiative peut nous aider à comprendre dans quelle mesure les secteurs de la santé doivent changer et changent déjà pour atteindre les ODD d’ici à 2030. »

Publication d’un nouveau rapport et création d’un centre collaborateur de l’OMS

DDurant la réunion, le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe a rendu public un nouveau rapport, intitulé Intersectoral action for health – Experiences from small countries [Action intersectorielle pour la santé – Expériences de petits pays], auquel tous les membres de l’Initiative des petits pays ont contribué. Cette publication révèle comment divers pays opèrent des changements organisationnels et font intervenir différents secteurs pour réduire la morbidité et améliorer la situation sanitaire.

De plus, la désignation du Centre scientifique de Monaco comme Centre collaborateur de l’OMS pour la santé et les Objectifs de développement durable a été annoncée.  Pour soutenir l’action en faveur des ODD, il faut de solides bases en matière de recherche et de données factuelles. La collaboration entre ce centre, leader mondial de la recherche sur le développement durable et la santé, et l’OMS peut largement contribuer à consolider les bases factuelles sur le thème de la santé et des ODD.

La réunion de Monaco était organisée par le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe et son Bureau de l’investissement pour la santé et le développement, en collaboration avec la Principauté de Monaco, représentée par le département des Relations extérieures et de la Coopération et le département des Affaires sociales et de la Santé. Les pays participants étaient Andorre, Chypre, l’Islande, le Luxembourg, Malte, Monaco, le Monténégro et Saint-Marin.