Les ministres européens plaident en faveur d’une action urgente face aux menaces environnementales

Ministry of Energy, Development and Environmental Protection of the Republic of Serbia

Les ministres de la Santé et de l’Environnement à l’occasion de la quatrième réunion du Conseil ministériel européen de l’environnement et de la santé organisée à Belgrade (Serbie). Photo : ministère serbe de l’Énergie, du Développement et de la Protection de l’environnement

En Europe, des mesures urgentes doivent être prises pour lutter contre les risques sanitaires inhérents à l’environnement : pollution de l’air, amiante, mercure, eau insalubre et assainissement insuffisant. Telle est la principale conclusion de la quatrième réunion du Conseil ministériel européen de l’environnement et de la santé organisée le 19 avril 2013 à Belgrade (Serbie).

Le Conseil a décidé d’accélérer les efforts déployés en Europe en vue de réduire autant que possible l’impact sanitaire de ces risques, et d’assurer le suivi des engagements pris en 2010 lors de la Cinquième Conférence ministérielle sur l’environnement et la santé. En outre, il a examiné les progrès et les défis dans la mise en œuvre de ces engagements, ainsi que les principales priorités et orientations stratégiques actuelles en matière d’environnement et de santé dans la Région européenne de l’OMS. Le Conseil est composé des ministres de la Santé de la France, de Malte, de la Serbie et de la Slovénie, ainsi que des ministres de l’Environnement de la Belgique, d’Israël, de la République de Moldova et de l’Ukraine.

Qualité de l’air

Notant les estimations les plus récentes en matière de décès et de maladies liés à la pollution de l’air, ainsi que les nouveaux éléments de preuve sur les effets sanitaires négatifs des matières particulaires, même en très petites concentrations, le Conseil s’est dit particulièrement préoccupé par le fait que la plupart des populations de la Région vivent dans des zones où les niveaux de pollution dépassent les valeurs guides de l’OMS pour la qualité de l’air, faisant perdre en moyenne 9 mois d’espérance de vie à chaque citoyen. Dans le cadre de l’Année de l’air 2013 de l’Union européenne (UE), le Conseil ministériel a demandé à l’OMS de réviser ses valeurs guides pour la qualité de l’air de 2005, et à l’UE d’adapter en conséquence sa politique relative à la qualité de l’air.

Amiante

Conformément à l’engagement pris en 2010 pour éliminer les maladies liées à l’amiante dans la Région européenne d’ici 2015, le Conseil a appuyé l’ajout de l’amiante chrysotile à la liste des produits chimiques dangereux exigeant un consentement préalable en connaissance cause en ce qui concerne les transports transfrontaliers. Cette initiative se base sur la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l’objet d’un commerce international, dont les parties se réuniront du 28 avril au 10 mai 2013 à Genève (Suisse).

Appel à la ratification des accords internationaux

En outre, le Conseil a demandé à tous les États membres de la Région européenne de signer ou de ratifier les principaux instruments internationaux protégeant directement la santé humaine, ou d’y adhérer, en particulier le Protocole sur l’eau et la santé, la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance et la récente Convention de Minamata sur le mercure.

Enfin, le Conseil ministériel a élu le professeur Slavica Djukic Dejanovic, ministre serbe de la Santé, et M. Amir Peretz, ministre israélien de la Protection de l’environnement, aux postes de coprésidents.