Selon un rapport de l’OMS, les espaces verts urbains apportent de multiples bienfaits à la santé

Victoria Tetley/VJT Photography

Port Sunlight River Park in Merseyside, United Kingdom has been transformed from a closed landfill site to a 28-hectare park, providing a popular community space with an array of walkways, wildlife, wildflowers and a wetlands area.

Un nouveau rapport de l’OMS faisant la synthèse des bases factuelles disponibles sur l’impact sanitaire des espaces verts en milieu urbain révèle que les espaces verts apportent de nombreux bienfaits à la santé publique, notamment en termes de relaxation psychologique et de réduction du stress, d’augmentation de l’activité physique et de réduction potentielle de l’exposition à la pollution de l’air, au bruit et à la chaleur excessive, pour ne citer que quelques-uns des facteurs nuisibles du milieu urbain. Le rapport conclut qu’il est nécessaire d’aménager des petits espaces verts localisés à proximité des habitations et des lieux de vie des populations, ainsi que des espaces verts plus étendus dotés d’installations publiques de loisirs (comme les terrains de jeu) et permettant d’interagir avec la nature.

Le rapport présente également un outil d’approche basée sur un système d’information géographique (SIG) afin de mesurer les espaces verts en milieu urbain. Les villes peuvent ainsi évaluer le nombre de personnes ayant accès à ces espaces, et identifier de nouveaux périmètres d’aménagement. L’OMS a déjà testé l’outil dans 3 villes européennes, à savoir Kaunas (Lituanie), Utrecht (Pays-Bas) et Malmö (Suède). Ces études de cas montrent comment cet outil peut être utilisé avec efficacité afin de renforcer les bienfaits apportés par les espaces verts aux populations urbaines.

Les avantages sociaux et économiques des espaces verts

Les villes disposant d’espaces verts attrayants et bien connectés peuvent offrir à leurs résidents un cadre sécuritaire leur permettant de pratiquer une activité physique et de loisirs, de se déstresser et d’engager des contacts sociaux. Les espaces verts permettent également d’améliorer la résilience des villes face aux événements environnementaux extrêmes tels que les vagues de chaleur (en atténuant l’effet d’îlot thermique urbain) et les précipitations particulièrement intenses (en réduisant l’écoulement de surface).

Il est également prouvé que les espaces verts s’avèrent particulièrement bénéfiques aux communautés économiquement défavorisées, aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes âgées. Les villes dotées d’espaces verts sont susceptibles d’abriter une population en meilleure santé, ce qui allège la pression exercée sur les services de santé et contribue ainsi à une économie plus forte.

Aller de l’avant dans ce domaine

Deux réunions organisées récemment par l’OMS à Bonn (Allemagne) ont mis l’accent sur l’importance des espaces verts urbains pour la santé, et ont permis d’avancer dans ce domaine.

La première réunion, tenue en juin 2016, a principalement abordé l’impact des espaces verts sur la pollution de l’air. Les participants ont examiné la possibilité d’élaborer un outil de SIG qui permettrait de quantifier la contribution des espaces verts urbains à l’amélioration de la qualité de l’air. L’OMS effectue actuellement une enquête en ligne auprès d’experts des espaces verts et de la santé afin de déterminer les priorités de la recherche et le manque de connaissances à ce sujet et, ainsi, d’orienter les actions à mener à l’avenir.

La deuxième réunion, tenue en septembre 2016, a réuni des experts, des chercheurs dans le domaine de l’environnement et des conseillers municipaux afin d’examiner l’aspect pratique des interventions relatives aux espaces verts urbains. Les participants ont convenu de rédiger un rapport sur la pertinence des espaces verts urbains sous l’angle de l’équité et de la santé, en soulignant comment les mesures prises au niveau local peuvent produire des résultats positifs. Ils ont également recommandé la préparation d’un document d’orientation à l’intention des urbanistes et des responsables politique afin de délivrer des conseils sur l’utilisation efficace des espaces verts urbains en faveur de la santé et de l’équité, d’appuyer la coopération intersectorielle dans ce domaine et d’aider les autorités locales à aménager des cadres urbains sains et durables.

À l’horizon de la prochaine Conférence ministérielle sur l’environnement et la santé

La notion d’espaces verts en milieu urbain est en rapport direct avec la Sixième Conférence ministérielle sur l’environnement et la santé et son thème principal, « les villes ». La conférence, qui se tiendra du 13 au 15 juin 2017 à Ostrava (Tchéquie), réunira des ministres de l’Environnement et de la Santé ainsi que des représentants de haut niveau des États membres de la Région européenne de l’OMS, d’organisations partenaires, du monde universitaire et de la société civile. Les États membres doivent adopter une déclaration ministérielle, un plan de mise en œuvre pour les engagements pris à cette occasion et un nouveau mécanisme de gouvernance pour le processus européen Environnement et santé.

Cadres politiques sur les espaces verts et la santé

Deux cadres politiques portent spécifiquement sur le lien existant entre les espaces verts urbains et la santé.

  • La Déclaration de Parme s’engage à « garantir à chaque enfant, d’ici 2020, l’accès … à des espaces verts où ils peuvent jouer et s’adonner à des activités physiques ».
  • Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui promet de « ne laisser personne de côté », s’engage quant à lui, dans la cible de l’objectif de développement durable 11.7, à « assurer l’accès de tous, en particulier des femmes et des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées, à des espaces verts et des espaces publics sûrs ».

Le thème des espaces verts urbains s’inscrit également dans le domaine prioritaire du cadre politique Santé 2020 « Créer des communautés résilientes et instaurer des environnements de soutien ».