Les Villes-santé de la Région européenne adoptent la Charte de Belfast, inaugurant ainsi une nouvelle phase d’engagement

WHO/Brian Thompson Photography

18 site visits across the city of Belfast gave participants at the Healthy Cities Conference an opportunity to gain first-hand experience and insight into actual projects making Belfast a healthier, more sustainable city to live in.

Le Réseau européen des Villes-santé de l’OMS a officiellement adopté la Charte de Belfast pour les Villes-santé le 4 octobre 2018, à l’issue de la Conférence internationale des Villes-santé tenue pendant 4 jours à Belfast (Irlande du Nord, Royaume-Uni). La charte inaugure la phase VII de l’action du réseau, qui s’étend de 2019 à 2024. Elle se fonde sur la vision et le cadre politiques établis par le Consensus de Copenhague entre les maires, adopté plus tôt cette année.

La charte consiste en une déclaration politique préconisant fermement l’investissement dans les villes et leur capital humain, et en un engagement à œuvrer à la réalisation des objectifs stratégiques fixés. Elle définit également avec audace les nouveaux rôles pour les maires et autres agents de la fonction publique dans le domaine de la santé.

Le réseau est déterminé à favoriser la santé et le bien-être et à réduire les inégalités, ainsi qu’à donner l’exemple aux niveaux local, national et mondial, en commençant par les administrations municipales. En outre, dans la phase VII, les villes et les réseaux nationaux s’engagent à soutenir la mise en œuvre des priorités stratégiques de l’OMS, telles que la réalisation de la couverture sanitaire universelle et des objectifs du Treizième Programme général de travail de l’Organisation.

En prélude à l’adoption de la Charte de Belfast, la conférence s’est poursuivie avec un programme complet d’événements.

Résumé de la troisième journée

Dans l’esprit des Villes-santé, les participants et délégués ont pu, pour commencer la journée, participer à une séance de course à pied matinale ou à une visite de Belfast en marche rapide. Ensuite, la séance plénière du matin a porté sur les approches transformatrices pour l’environnement et la santé.

Le docteur Janez Potočnik, coprésident, Panel international pour la gestion durable des ressources, Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a prononcé un captivant discours-programme. Appelant à un nouveau paradigme de l’économie circulaire, il a lancé un avertissement, affirmant que nous avons l’opportunité exceptionnelle de sortir du chemin tout tracé de l’urbanisation pour prendre une direction plus soutenable pour l’environnement et plus juste sur le plan social.

Trouver des compromis entre les divers objectifs de développement durable (ODD) est inévitable, a poursuivi le docteur Potočnik, parce que ces objectifs sont dépendants de ressources naturelles, mais se concentrer sur la consommation et la production durables constitue le meilleur moyen d’atténuer ces compromis et de créer des synergies plus efficaces. Une économie circulaire devrait être considérée comme un volet de la transformation sociétale et culturelle nécessaire pour subvenir aux besoins de l’humanité, avec des avantages tant pour l’environnement que pour la santé.

M. Victor Everhardt, adjoint au maire d’Utrecht, a prononcé un second discours-programme, soulignant que la création d’une Ville-santé constitue un engagement de longue durée. Il a présenté des exemples d’innovations dans sa ville, comme des bateaux à propulsion électrique qui effectuent des livraisons en parcourant le réseau de canaux d’Utrecht, des stratégies visant à chasser la voiture de l’espace public et des initiatives destinées à améliorer la qualité et le nombre de pistes cyclables et de parkings pour bicyclettes dans toute la ville.

Ces orateurs ont ensuite été rejoints pour une table-ronde par Mme Brigit Staatsen, de l’Institut national pour la santé publique et l’environnement (Pays-Bas), le professeur Jonathan Patz, du Global Health Institute de l’Université de Wisconsin-Madison (États-Unis d’Amérique) et M. Tom Andrews, de Sustainable Food Cities (Royaume-Uni).

Les participants ont examiné comment l’on peut encourager de meilleures connexions pour un échange d’expériences, l’accent étant mis sur la gestion de l’environnement et de la santé, le développement des transports actifs, la réduction des émissions et de la consommation énergétique, et l’alimentation saine et durable. Même si, pour améliorer la cohérence entre les politiques, il importe de faire le lien entre les politiques et contextes locaux et mondiaux, cela ne doit pas empêcher les dirigeants locaux et les villes de prendre des mesures sans attendre.

Ensuite, les participants ont eu le reste de la matinée pour prendre part à l’une des 18 visites sur le terrain dans la ville de Belfast, afin d’acquérir une expérience de première main et d’obtenir un aperçu des projets concrets qui font de Belfast une ville plus saine et plus viable.

La journée s’est clôturée par 2 volets de séances parallèles – 16 au total – couvrant un large éventail de sujets, depuis les communautés durables jusqu’à l’équité et l’inclusion, en passant par l’environnement et la santé. En soirée, un dîner pour la délégation des maires et des personnalités politiques a été offert par le maire de Belfast dans la belle demeure de Malone House.

Résumé de la quatrième journée

La dernière journée de la conférence a débuté par une représentation du Harmony Choir, un projet qui réunit 10 chorales scolaires de Belfast North. La séance plénière du matin s’est concentrée sur le thème de l’alimentation et des systèmes alimentaires, et leur rôle fondamental dans la santé, le bien-être, la résilience des communautés et la lutte contre les inégalités.

M. Geoff Tansey, conservateur de la Food Systems Academy (Royaume-Uni), a mis l’accent sur la façon dont les systèmes alimentaires doivent garantir une alimentation sûre, durable et suffisante pour tous. Il a expliqué que le marketing d’aliments nocifs pour la santé nuit à notre santé et à notre bien-être, et fait observer que les 4 principales menaces pour le monde (et les systèmes alimentaires) sont la déstabilisation du climat, l’accroissement des inégalités, la concurrence pour l’obtention des ressources et la militarisation mondiale.

On peut contrer ces tendances en s’unissant et en transcendant les cultures et les frontières afin d’édifier des villes plus heureuses et en meilleure santé. M. Tansey a encouragé les dirigeants des villes à regarder au-delà des innovations techniques, et à s’intéresser aux innovations sociales, économiques, institutionnelles et juridiques en vue de trouver les moyens de mettre en place des systèmes alimentaires durables et équitables.

Davantage de séances ont été organisées dans l’après-midi, ainsi qu’une réunion des universités. Le groupe a étudié la possibilité d’établir un partenariat ouvert entre les universités afin de coopérer avec le réseau, et d’apporter un soutien scientifique et pratique.

La dernière séance plénière et de coordination de la conférence a eu lieu dans l’après-midi, lorsque la Charte de Belfast a été officiellement adoptée. On a également annoncé l’élection de représentants des villes et des réseaux nationaux des Villes-santé au comité consultatif pour la prochaine phase.

La professeur Selma Sogoric, coordinatrice du Réseau national croate des Villes-santé, a reçu un prix pour l’affiche qu’elle a élaborée avec ses collègues en vue de la conférence, une parmi les dizaines d’affiches qui ont été exposées pendant la semaine. Des notes créatives, c’est-à-dire des représentations visuelles de la conférence, ont également été présentées au cours de cette dernière séance.

Le docteur Franklin Apfel, directeur général de World Health Communication Associates, a animé un débat sur les perspectives d’avenir avec l’ancien et l’actuel point focal régional de l’OMS pour le réseau, le docteur Agis Tsouros et Mme Monika Kosinska, respectivement.

Ils ont évoqué la phase VII et ce que celle-ci représente pour le réseau. Selon Mme Kosinska, les conditions sont idéales pour le réseau, car le monde se concentre sur la réalisation des ODD. « L’information circule », a-t-elle déclaré dans son discours de clôture. « Le travail des villes du réseau fait des vagues dans le monde entier. L’heure des Villes-santé est venue. »

La conférence s’est terminée par un adieu de Mme Suzanne Wylie, directrice générale du conseil municipal de Belfast, et par une représentation de la chorale Belfast Here 4 U. Les délégués se sont joints à la chorale dans une chanson écrite pour l’événement, et interprétée sur l’air de l’Ode à la joie. La prochaine Conférence internationale des Villes-santé aura lieu en 2024, au terme de la phase VII.