Publication des principes directeurs révisés relatifs à l’eau de boisson

Les principes directeurs révisés de l’OMS relatifs à la qualité de l’eau de boisson sont un plaidoyer à l’adresse des autorités publiques, pour que celles-ci améliorent leur gestion de la qualité de l’eau de boisson en adoptant des plans pour la sécurité sanitaire de l’eau. La mise en oeuvre de cette stratégie par les pays est susceptible d'améliorer la santé publique de manière significative et durable, quoiqu'elle requière souvent un changement de mentalité par rapport à la gestion de l’eau de boisson.

D’après ces principes directeurs, les fournisseurs d’eau doivent procéder à une évaluation systématique, depuis le captage jusqu’au verre, du risque potentiel d’une contamination de leur eau, prendre des mesures selon les résultats obtenus et documenter cette procédure.

Pour la première fois, des recommandations détaillées sont formulées sur les bonnes pratiques à tous les niveaux, depuis le recueil et la conservation, en toute sécurité, de l’eau de pluie par les ménages jusqu’aux conseils relatifs aux politiques de distribution d’importants volumes d’eau, en passant par les effets du changement climatique. Ces nouveaux principes directeurs comprennent également des recommandations sur la sécurité sanitaire de l’eau de boisson, les risques microbiens, le changement climatique, les contaminants chimiques dans l'eau de boisson et les principaux produits chimiques ayant des répercussions à grande échelle sur la santé. Ces principes, qui constituent souvent le fondement des lois et règlements nationaux, sont basés sur les conclusions scientifiques les plus récentes.

Eau et assainissement en Europe

Chaque année, les maladies d’origine hydrique tuent deux millions de personnes et induisent des pathologies chez des milliards d’autres ; la plupart des victimes sont des enfants de moins de cinq ans. En garantissant la sécurité sanitaire de l’eau de boisson, on peut prévenir une grande partie de cette mortalité et de ces souffrances.

Dans la Région européenne, l’accès à un meilleur approvisionnement en eau et à des systèmes d’assainissement plus performants a permis de faire reculer les maladies diarrhéiques chez les jeunes enfants. Néanmoins, on signale en moyenne plus de 330 000 cas de maladies d'origine hydrique chaque année, et plus de 50 % de la population rurale des pays de la partie orientale de la Région européenne vit dans des foyers non raccordés à l'eau courante potable.

L’OMS/Europe fait la promotion de plans pour la sécurité sanitaire de l’eau

L’OMS/Europe a été une pionnière des plans de gestion de la sécurité sanitaire de l’eau (PGSSE), dont elle a favorisé l’adoption dans les pays grâce à des ateliers de formation et de démonstration en Europe orientale, dans le Caucase et en Asie centrale. En 2011, l'OMS/Europe a organisé des ateliers sur les PGSSE et la surveillance de la qualité de l’eau de boisson en Albanie, en Géorgie, au Kirghizistan, au Turkménistan et en Ukraine. L’OMS/Europe prévoit de publier en russe le manuel de PGSSE et l'outil pour l’assurance/l’évaluation de la qualité.

Parmi les activités organisées avec le soutien de l’OMS, citons des projets de démonstration visant à présenter les PGSSE pour les petits systèmes d’approvisionnement en eau en Géorgie et au Tadjikistan, et l’élaboration de PGSSE dans des villes-pilotes du Kirghizistan.