Libye : une mission stratégique pour améliorer la santé des migrants et des personnes déplacées

Du 4 au 7 mai 2018, une mission de haut niveau de l’OMS a eu lieu en Libye pour examiner la situation sanitaire des migrants dans ce pays ainsi que pour déterminer les besoins immédiats en matière de santé publique et discuter des meilleurs moyens d’y répondre. Cette mission était dirigée par le docteur Ranieri Guerra, sous-directeur général chargé du groupe Initiatives spéciales, avec la participation du docteur Jaffar Hussain, représentant de l’OMS et chef de mission en Libye, du docteur Santino Severoni, coordinateur pour la santé publique et la migration pour l’OMS/Europe et du docteur Ali Ardalan, coordinateur pour les situations d’urgence de l’OMS en Libye. La mission de haut niveau était une initiative conjointe du Siège de l’OMS, de l’OMS/Europe et du Bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale, menée conformément à la stratégie de collaboration interrégionale de l’OMS.

L’objectif de cette mission était de promouvoir activement une démarche mettant l’accent sur la couverture sanitaire universelle, en veillant à ce que les personnes déplacées et les migrants ne soient pas laissés pour compte. Cette initiative a également permis à l’OMS d’établir et de renforcer les opérations transfrontalières et multinationales, ainsi que la collaboration entre les bureaux de pays dans les États qui ont des frontières communes ou qui sont concernés par le mouvement régional de migrants, de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), la Libye comptait plus de 700 000 migrants internationaux en février 2018 ; certaines sources citaient des chiffres allant jusqu’à 1 million. Les migrants internationaux représentent quelque 12 % de la population en Libye. Human Rights Watch rapporte que la plupart des migrants et demandeurs d’asile qui ont atteint l’Europe par la mer en 2017 (plus de 200 000) sont partis en bateau de Libye. Les migrants qui tentent la traversée vers l’Europe sont parfois interceptés et détenus par les garde-côtes. Au 23 février 2018, plus de 2 500 réfugiés et migrants avaient été débarqués en Libye par les garde-côtes nationaux à la suite d’opérations en mer.