Importants progrès réalisés dans la mise en œuvre des activités en faveur de la santé des Roms

WHO

Les participants à la réunion, le 26 juin 2013. Photo : OMS/Piroska Östlin.

Les 25 et 26 juin 2013, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a organisé, conjointement avec l’OMS/Europe, la deuxième réunion de groupe de la société civile pour le droit des Roms à la santé.

« Depuis la première réunion, d’importants progrès ont été accomplis dans la mise en œuvre des activités en faveur de la santé des Roms. De nombreuses agences des Nations Unies ont réalisé des projets conjoints relatifs aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) 4 et 5 qui, avec d’autres objectifs, portent sur les soins de santé sexuelle et génésique. À l’issue de la deuxième réunion, nous avons désormais une vision bien claire de l’approche adoptée par les Nations Unies et de l’Union européenne (UE) concernant la santé des Roms et la participation de ces derniers, d’ailleurs également considérée comme essentielle » a déclaré Bernadett Varga, militante du groupe de la société civile pour le droit des Roms à la santé.

Des défenseurs locaux et internationaux des droits des Roms se sont réunis à Bruxelles (Belgique) en vue de dresser un bilan de leurs activités depuis la première réunion de janvier 2012, à l’OMS, au HCDH, au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), au Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). L’initiative de coordination interinstitutions, menée par l’OMS/Europe, s’emploie notamment à obtenir des informations actualisées auprès du groupe de la société civile pour le droit des Roms sur les questions relatives à la santé afin d’intensifier la prise de mesures en vue d’atteindre les OMD 4 et 5 dans le contexte de la Décennie pour l’intégration des Roms et à l’appui des stratégies nationales d’intégration des Roms.

Au cours de la réunion, les participants ont pu également s’entretenir avec des représentants de directions générales de la Commission européenne (éducation et culture, santé et consommateurs, et justice) sur de possibles domaines de coopération. Figuraient également à l’ordre du jour des discussions le programme ROMED des médiateurs de la santé pour les Roms, un programme conjoint du Conseil de l’Europe et de la Commission européenne, ainsi qu’un projet de note d’orientation sur les violences perpétrées par les partenaires intimes contre les femmes migrantes et appartenant à des minorités ethniques, préparé par une équipe du centre collaborateur de l’OMS sur l’intégration sociale et la santé à l’Université d’Alicante (Espagne).