Un échange d’idées et d’expériences entre les petits États de la Région européenne de l’OMS dans le domaine de l’équité et du développement durable

Foto MW

La Sixième Réunion de haut niveau des petits États, qui s’est tenue à Saint-Marin les 31 mars et 1er avril 2019, a été l’occasion d’un fructueux échange de bonnes pratiques et d’idées pour relever les défis en matière de santé. Sous le thème « Équité et développement durable : maintenir la personne au centre », les 8 membres fondateurs de l’Initiative des petits États (Andorre, Chypre, Islande, Luxembourg, Malte, Monaco, Monténégro et Saint-Marin) se sont à nouveau réunis pour une concertation intensive sur d’essentielles questions liées à la santé. Pour la première fois, ils ont été rejoints par l’Estonie, la Lettonie et la Slovénie.

Cet événement a démarré en force, avec la présence du docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. S’adressant aux délégués lors de la séance d’ouverture, il a souligné à quel point il était important de réunir des États similaires pour mettre le doigt sur des problèmes communs et trouver des solutions communes.

« Les petits États peuvent définir des politiques et les mettre en œuvre avec rapidité et efficacité, et ils peuvent faire preuve de souplesse et d’innovation sans que cela ne présente les difficultés beaucoup plus grandes rencontrées par les pays plus vastes », a-t-il dit. « Ainsi, ils peuvent être des chefs de file dans le domaine de la santé, en mettant à l’essai des idées qui pourront ensuite être adoptées dans de plus grands pays. »

Le rôle pionnier des petits États a été mis en évidence tout au long de la réunion. Les délégués ont montré par de multiples exemples la manière novatrice dont leurs pays mettent en œuvre les objectifs de développement durable (ODD) et s’attaquent à des problématiques de santé complexes, telles que le recrutement d’un personnel de santé en nombre suffisant, armé pour le XXIe siècle.

Un inventaire des progrès réalisés – des perspectives de collaboration

De nombreux participants ont salué Saint-Marin pour son rôle en tant qu’hôte et sa contribution essentielle à la mise en place de l’Initiative des petits États, en 2014. S’exprimant lors de la séance d’ouverture, le docteur Franco Santi, secrétaire d’État à la Santé, à l’Égalité des chances, à la Sécurité sociale et aux Affaires sociales de Saint-Marin, a déclaré que l’Initiative avait évolué naturellement, passant du cadre politique de Santé 2020 comme principal point de référence à une situation dans laquelle l’accent est mis sur la réalisation des ODD.

Le docteur Santi a félicité les pays de l’Initiative, « flexibles, résilients et prompts à planifier leurs politiques et leur prise de décision, conformément aux valeurs mondiales qui peuvent ouvrir la voie à un avenir meilleur, faisant la part plus belle à l’équité et à la durabilité ».

Dans le cadre du programme, d’une durée de 2 jours et demi, des séances ont été consacrées à l’impact économique et social des systèmes de santé, à l’accélération des progrès dans le domaine de l’équité en santé, de la viabilité environnementale et de la santé urbaine, à la concrétisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et à la gestion des problèmes concernant les agents de santé.

Au cours de la session sur l’équité en matière de santé, le docteur Piroska Ӧstlin, directrice régionale par intérim de l’OMS pour l’Europe, a déclaré : « Notre succès dans la lutte contre les inégalités en matière de santé dépend pour beaucoup de notre capacité à susciter une collaboration avec d’autres secteurs stratégiques et à obtenir un soutien politique à haut niveau. Il est possible d’assurer à tous une vie saine et prospère en mettant en place une action systématique, en intensifiant et en adaptant les approches qui s’avèrent efficaces, et en créant de nouvelles solutions et alliances qui permettent de lever les obstacles. »

M. Stefano Boeri, architecte et urbaniste italien de renommée mondiale, connu surtout pour sa forêt verticale de Milan, s’est également joint à cette session pour décrire comment l’environnement bâti peut contribuer à la quête de l’équité.

La dernière séance de la réunion a vu l’adoption de la déclaration de Saint-Marin sur l’équité : veiller à ce que personne ne soit laissé de côté (Statement on equity: ensuring no one is left behind).

La visite des délégués à Saint-Marin a été rendue encore plus mémorable par l’occasion qui leur a été donnée d’assister à la cérémonie d’investiture des capitaines-régents de ce pays, au cours de laquelle, tous les 6 mois, 2 nouveaux chefs d’État sont installés dans leurs fonctions. Dans le cadre de la cérémonie, le docteur Tedros a prononcé un discours durant lequel il a appelé à ce que le modèle très performant de l’Initiative des petits États soit étendu aux petits États du monde entier.

Pleins feux sur la concrétisation des ODD dans les petits États

Surtout, cette réunion a donné aux délégués l’occasion de mutualiser les meilleures pratiques, les réussites et les enseignements tirés de leurs propres expériences, encourageant ainsi un échange d’idées productif.

Au cours de la séance consacrée à l’équité, les délégués ont signalé une série d’exemples positifs, notamment :

  • à Saint-Marin, la création d’un projet à grande échelle en faveur de la durabilité, connu sous le nom de « Saint-Marin pour tous » ;
  • en Estonie, le recours à des solutions numériques pour accroître l’efficience, mais aussi l’équité, l’accent étant placé sur le programme de prescriptions électroniques mis en œuvre en janvier 2018 ;
  • en Islande, l’introduction, en 2017, d’un nouveau système de participation aux paiements, dans le but d’améliorer la transparence et de lutter contre les inégalités ;
  • en Slovénie, les efforts déployés depuis des années pour renforcer l’équité en matière de santé, qui se sont récemment traduits par des démarches personnalisées visant à étendre les services de prévention et de dépistage aux populations vulnérables.

Durant la séance consacrée au Programme de développement durable à l’horizon 2030, les pays ont présenté des exemples illustrant leur engagement en faveur de la mise en œuvre de ce programme, sur un mode intersectoriel et participatif. Voici quelques-uns de ces exemples :

  • à Saint-Marin, la création d’une commission intersectorielle et interministérielle chargée d’aligner toutes les politiques sur les ODD ;
  • à Malte, le lancement réussi d’une stratégie en vue d’un système de soins de santé pour les personnes transgenres, élaborée par une équipe multidisciplinaire et dotée d’une ligne budgétaire spécifique au sein du ministère de la Santé.

Les bonnes pratiques des 11 pays participants ont été présentées dans une série de synthèses (en anglais) préparées en prévision de cet événement pour exposer les stratégies participatives visant la réalisation des ODD. Disponibles en ligne, ces synthèses donnent des exemples concrets de mesures prises par les membres de l’Initiative des petits États pour atteindre les ODD.

La rencontre s’est clôturée par la Cinquième Réunion des points focaux du Réseau d’information sanitaire des petits États et par un atelier sur la communication relative aux ODD, à l’intention des chargés de communication et des journalistes.