Cancer et mauvaise alimentation vont de pair

iStockphoto

Dans la Région européenne de l'OMS, le cancer est la principale cause de décès après les maladies du système circulatoire. Il représente 20 % de l’ensemble de la mortalité de la Région, avec 2,5 millions de nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Beaucoup de cas de cancer peuvent être évités par l'adoption d'un style de vie sain – avoir un régime équilibré, faire de l'exercice physique et maintenir un poids correct, en plus d'éviter le tabac.

Prévenir grâce à des habitudes alimentaires saines

De nombreux textes scientifiques indiquent que jusqu'à 30 % des cas de cancer sont liés à de mauvaises habitudes alimentaires et sont, dès lors, évitables. Cette proportion atteint les 70 % pour les cancers du tractus gastro-intestinal. Se maintenir à un poids correct tout au long de sa vie pourrait être l'un des meilleurs moyens de se protéger contre le cancer. Il s'agit probablement du deuxième facteur par ordre d'importance, après le rejet du tabac. 

D'après la recherche, les 20 % de la population qui accusent la consommation de fruits la plus faible courent 20 % de risques en plus de contracter un cancer du poumon. En outre, les faits montrent que l'incidence des cancers de l'estomac peut être réduite en diminuant la consommation d'aliments salés et conservés par le sel.

Surpoids et accroissement du risque

La notion suivant laquelle le surpoids ou l'obésité augmente le risque de certains cancers est largement acceptée. 

L'European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC) a évalué l'influence du surpoids sur divers types de cancer. Dans le cadre d'une étude menée dans 10 pays d'Europe sur 520 000 personnes âgées de 50 à 64 ans, l'EPIC a analysé le rapport entre une série de facteurs (alimentation, état nutritionnel, style de vie et environnement) et l'incidence du cancer et d'autres maladies chroniques.

Dans l'ensemble, les études récentes ont permis d'établir que lorsque l'indice de masse corporelle (IMC) augmente de 5 kg/m2, la mortalité par cancer augmente de 10 %. Pour les hommes, une augmentation de cinq points d'IMC a été mise en corrélation avec un risque plus élevé de contracter plusieurs types de cancer :

  • adénocarcinome œsophagien (risque plus élevé de 50 %)
  • cancer de la thyroïde (33 %)
  • cancer du colon (25%)
  • cancer du rein (25%)

Les données correspondantes pour les femmes sont les suivantes :

  • cancer endométrial (risque plus élevé de 60%)
  • cancer de la vésicule biliaire (60%)
  • adénocarcinome œsophagien (50 %)
  • cancer du rein (34%) 

Plus d'études et des politiques claires

Vu l'importance de la corrélation entre l'alimentation et le cancer, il devient nécessaire de comprendre les causes du cancer au-delà de celles qui sont liées au tabac ou à d'autres facteurs de risque déjà bien déterminés. L'OMS/Europe et les États membres de la Région européenne sont en train d'élaborer ensemble un plan d'action pour 2011-2016 afin de mettre en œuvre la Stratégie européenne contre les maladies non transmissibles (prévention et lutte). Ce plan s'articule autour de quatre types de pathologies (cancer, diabète, maladies cardiovasculaires et maladies respiratoires chroniques) et de leurs facteurs de risque communs (alimentation, exercice physique, alcool et tabac).

Pour prévenir le cancer, il est nécessaire que l'environnement social et le milieu physique soient favorables à une alimentation saine et à l'exercice physique. En outre, la modification de la composition des boissons et des aliments transformés afin de réduire leur teneur en sucres, en amidons raffinés, en graisses et en sel peut être un moyen efficace de réduire le risque de maladies chroniques, y compris de cancer.

En septembre 2011, les Nations Unies tiendront la première réunion de haut niveau pour chefs d'État ou de gouvernement sur les maladies non transmissibles. L'objectif est que les États membres conviennent de mesures planétaires concrètes pour lutter contre le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques et le diabète. A la suite d'une consultation régionale organisée à Oslo (Norvège) en novembre 2010, l'OMS est en train de formuler des recommandations à présenter lors de cette réunion de haut niveau. 

Des habitudes alimentaires simples pour réduire le risque de cancer

  • Promouvez et adoptez des habitudes alimentaires saines dans l'enfance.
  • Maintenez un poids sain en veillant à un équilibre entre la consommation énergétique et l'exercice physique, et évitez l'augmentation de poids excessive durant toute la vie.
  • Si vous êtes actuellement en surpoids ou obèse, revenez à un poids correct et maintenez-vous-y.
  • Adoptez un style de vie physiquement actif.
  • Consommez des aliments sains, en mettant l'accent sur les sources de produits végétaux.
  • Choisissez des aliments et des boissons en quantité qui aident à parvenir à un poids correct et à le conserver.
  • Consommez chaque jour cinq portions de fruits et légumes variés, voire plus.
  • Optez pour des céréales complètes plutôt que pour des céréales transformées (raffinées).
  • Limitez la consommation de viande rouge et transformée.
  • Maintenez la consommation d'alcool dans des limites raisonnables (pas plus d'un verre par jour pour une femme adulte ou deux verres par jour pour un homme adulte).