Conférence internationale de l'OMS/Europe sur les maladies cardiovasculaires

iStock/romanevgenev

La conférence, organisée par l'OMS/Europe conjointement avec le ministère de la Santé de la Fédération de Russie, réunit des responsables politiques, des experts techniques, des associations professionnelles et de patients ainsi que d'autres partenaires engagés dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires et les maladies non transmissibles. Ont également été invités des représentants des 53 États membres de la Région européenne de l'OMS.

La conférence est l'occasion de procéder à un échange de connaissances et de données d'expérience dans la mise en œuvre d'un programme essentiel de mesures de prévention et de lutte contre les maladies cardiovasculaires, et de faire part des réussites et des défis à cet égard. Elle aidera les États membres à atteindre l'objectif mondial d'une réduction relative de 25 % de la mortalité générale due aux maladies non transmissibles en menant notamment les actions suivantes :

  • prévenir les maladies cardiovasculaires en examinant leurs principales tendances ainsi que leurs facteurs de risque et déterminants essentiels ;
  • évaluer les risques de maladies cardiovasculaires afin d'améliorer la qualité et la couverture du dépistage et de la prise en charge ;
  • améliorer les résultats sanitaires en cas d'infarctus du myocarde et d'accidents vasculaires cérébraux, notamment la prévention secondaire et la réadaptation ;
  • définir les prochaines étapes en s'inspirant des progrès réalisés dans le cadre de la Charte européenne pour la santé du cœur et du Plan d'action européen de l'OMS contre les maladies transmissibles 2012-2016, et mettre en évidence les principales questions à examiner après 2016.

Selon des estimations, 17 millions de personnes dans le monde décèdent chaque année des suites de maladies cardiovasculaires, notamment d'infarctus du myocarde et d'accidents vasculaires cérébraux. Environ 4,4 millions de ces décès surviennent dans la Région, ce qui fait des maladies cardiovasculaires la cause de plus de la moitié de la mortalité totale en Europe.