Dr Andres Lasn, membre du conseil d’administration de la Société estonienne des médecins de famille, Estonie

WHO

Dr Andres Lasn, membre du conseil d’administration de la Société estonienne des médecins de famille, Estonie

11-06-2018

La réunion de haut niveau « Des systèmes de santé pour la prospérité et la solidarité : ne laisser personne de côté » s’articule autour du thème « inclure, investir, innover ». « Inclure » signifie améliorer la couverture, l’accès et la protection financière pour tous, « investir » fait référence aux arguments en faveur de l’investissement dans les systèmes de santé et, enfin, « innover » consiste à exploiter les innovations et les systèmes en vue de répondre aux besoins de la population.

Dans ce contexte, quels sont, selon vous, les plus grands défis auxquels seront confrontés les systèmes de santé au cours de ces quelque 20 prochaines années ? Et quelles sont aussi les principales opportunités ?

Dr Andres Lasn, médecin résident en médecine familiale, membre du conseil d’administration de la Société estonienne des médecins de famille, Estonie

Je viens de terminer mes rotations à l’hôpital, et je pratique maintenant la médecine familiale dans une clinique en milieu rural. Certes, je travaille à seulement 30 km de Tallinn, mais on peut dire que c’est loin car je n’ai pas les mêmes options que les médecins qui exercent en ville. Les transports peuvent être particulièrement compliqués ici en Estonie, rien qu’aller voir un médecin peut prendre toute une journée.

Je pense que le plus grand problème auquel seront confrontés l’Estonie et de nombreux autres pays européens au cours de ces 20 à 25 prochaines années sera de trouver de nouveaux moyens de garantir la solidarité en matière de soins de santé. La population vieillit, et la multimorbidité augmente, tout comme les coûts des traitements médicaux. Tôt ou tard, nous commencerons à manquer d’options, et nous ne pourrons plus nous permettre cette solidarité.

On peut notamment profiter de l’impulsion des partenariats public-privé, parce que ni l’État, ni le secteur privé ne sont capables de trouver les solutions nécessaires de leur propre chef. En Estonie, l’un de ces principaux partenariats est le Connected Health Cluster qui rassemble plus de 80 entités.

En outre, nous avons ici en Estonie un système appelé « eConsultation » qui permet de connecter rapidement et facilement les médecins de famille et les spécialistes. Ce système s’est avéré être une méthode fiable et sûre pour aider nos patients à obtenir le bon traitement au bon moment et au bon endroit. En fonction de la spécialité, eConsultation peut éviter environ 30 à 50 % de visites inutiles chez le spécialiste, ce qui permet aux patients d’économiser du temps et de l’argent en termes de paiements directs.

J’aimerais que nous puissions adopter davantage de solutions comme celle-ci, car réduire les procédures de diagnostic et les traitements inutiles constitue l’un des meilleurs moyens d’assurer la pérennité d’un système basé sur la solidarité.