Dialogue politique ministériel sur le VIH et les comorbidités associées en Europe orientale et en Asie centrale

Amsterdam (Pays-Bas), le 23 juillet 2018

La Région européenne est la seule Région de l’OMS où le nombre de nouvelles infections à VIH est en augmentation. En 2016, environ 160 000 nouvelles infections à VIH ont été signalées, dont près de 80 % en Europe orientale et en Asie centrale. Les co-infections tuberculose/VIH ont également quadruplé dans la Région au cours de ces 10 dernières années, et il s’avère donc nécessaire d’accélérer les efforts afin de dispenser des soins coordonnés et/ou intégrés.

Malgré les progrès réalisés dans plusieurs domaines, notamment le recul de l’incidence de la tuberculose dans toute la Région, la prévention et la maîtrise de l’épidémie de VIH restent un défi important, notamment chez les populations clés. Près de la moitié des personnes vivant avec le VIH dans la Région ne sont pas au courant de leur infection, et la moitié des personnes diagnostiquées commencent le traitement tardivement, ce qui entraîne une morbidité et une mortalité excessives.

Objectifs

Le dialogue ministériel, organisé par l’OMS en coopération avec le gouvernement néerlandais, réunit les ministres de la Santé des pays d’Europe orientale et d’Asie centrale, ainsi que leurs décideurs de haut niveau, afin de renouveler l’engagement politique en faveur de la lutte contre le VIH et d’intensifier la riposte dans la sous-région. Les participants procéderont à un échange de données d’expérience sur les méthodes de lutte anti-VIH durables, innovatrices et fondées sur des données probantes. Il s’agit notamment d’efforts déployés au niveau national afin de développer la prévention, le dépistage, le traitement et les soins, et d’éliminer la transmission de la mère à l’enfant. Ces interventions devraient en même temps s’attaquer à la stigmatisation et aux déterminants sociaux, et viser un accroissement des ressources nationales.

Plusieurs partenaires clés, tels que la Commission européenne, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, ainsi que des représentants de la société civile et des personnes vivant avec le VIH ont été invités à prendre part au dialogue.

Le nouvel outil élaboré par l’OMS pour aider les pays

Lors de la réunion de haut niveau, l’OMS/Europe présentera un recueil de bonnes pratiques instituées dans la Région et au-delà en matière de mise en œuvre du Plan d’action pour la riposte du secteur de la santé au VIH dans la Région européenne afin que celles-ci soient adaptées ou reproduites.

Vers l’élimination de l’épidémie de VIH d’ici à 2030

Grâce à une importante collaboration intersectorielle et à des efforts ciblés de prévention et de soins selon une approche de santé publique, la Région européenne s’emploie à renouveler son engagement à mettre fin à l’épidémie de VIH d’ici 2030 et à atteindre l’objectif de développement durable 3.3 (d’ici à 2030, mettre fin à l’épidémie de sida, à la tuberculose, au paludisme et aux maladies tropicales négligées et combattre l’hépatite, les maladies transmises par l’eau et autres maladies transmissibles).

La réunion aura lieu parallèlement à la 22e Conférence internationale sur le sida (Amsterdam, Pays-Bas, 23-27 juillet 2018).