Le tabac et la santé pulmonaire – Journée mondiale sans tabac 2019

31 mai 2019

Chaque année, le 31 mai, l’OMS et ses partenaires mondiaux célèbrent la Journée mondiale sans tabac. En 2019, celle-ci aura pour thème : « Le tabac et la santé pulmonaire ».

Le tabagisme actif et l’exposition à la fumée du tabac augmentent le risque de contracter de nombreuses maladies. Par exemple, ils nuisent à la santé pulmonaire de multiples façons :

  • cancer du poumon : le tabagisme actif est responsable de plus des deux tiers des décès dus au cancer du poumon dans le monde. Quant au tabagisme passif, il augmente le risque de contracter un cancer du poumon en tant que non-fumeur. Dans la plupart des pays de la Région européenne de l’OMS, le cancer du poumon est le plus meurtrier des cancers. En 2018, quelque 430 000 personnes sont décédées du cancer du poumon dans la Région, et plus d’un demi-million de nouveaux cas ont été diagnostiqués pendant cette période. Cesser de fumer réduit le risque de cancer du poumon : après 10 années de sevrage tabagique, on court environ 2 fois moins de risques qu’un fumeur ;
  • les maladies respiratoires chroniques, comme les maladies pulmonaires obstructives chroniques et l’asthme : le tabagisme est la principale cause de maladies pulmonaires obstructives chroniques, qui entraînent une toux douloureuse et des difficultés respiratoires angoissantes. Il intensifie également l’asthme, ce qui restreint l’activité et contribue à l’invalidité. En 2017, selon les dernières statistiques disponibles, 3,6 % des décès enregistrés dans la Région européenne étaient dus à des maladies pulmonaires obstructives chroniques. L’abandon précoce du tabac est le moyen le plus efficace de ralentir la progression de ces maladies et d’atténuer les symptômes de l’asthme.

De plus, les enfants exposés à la fumée du tabac courent plus de risques d’attraper fréquemment des infections des voies respiratoires basses et de voir apparaître ou s’aggraver de l’asthme, des pneumonies et des bronchites. Le lien entre tabagisme et tuberculose est également bien établi : il est démontré que les composants chimiques de la fumée de tabac peuvent déclencher des infections tuberculeuses latentes. Par ailleurs, le tabagisme peut augmenter le risque d’incapacité et de décès par insuffisance respiratoire chez les personnes atteintes de tuberculose active.

Mettre en œuvre la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac afin d’améliorer la santé pulmonaire

La campagne en faveur de la Journée mondiale sans tabac a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique aux dangers de la fumée du tabac pour la santé pulmonaire et au rôle fondamental que jouent les poumons pour la santé et le bien-être de tous. Elle vise également à mieux faire connaître les mesures rentables et réalisables pouvant être prises par les principaux groupes cibles, dont les pouvoirs publics et la population, afin de limiter les risques pour la santé pulmonaire présentés par le tabac. Parmi ces mesures, citons les interventions décrites dans la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (augmentation des taxes sur le tabac, mise en œuvre de politiques antitabac, soutien au sevrage tabagique, sensibilisation par les médias, interdiction de toutes les formes de promotion, etc.). La mise en œuvre intégrale de cette convention et d’autres mesures de lutte contre le tabac améliorera la santé et le bien-être de la population et sauvera des vies.